Photo en Une : © Jean-Sylvain Le Gouic / Manceau au French Miracle Tour de 2015

La scène musicale française sera décidément bien présente en Asie en ce mois de mai. Tout comme Trax, qui pour ses 20 ans emmènera en Chine Betty, Simo Cell, Neue Grafik et Bonnie Banane, le French Miracle Tour a posé ses valises à Pékin le 28 avril dernier dans le cadre de sa troisième édition, et naviguera entre la Chine, la Corée du Sud, le Japon, le Vietnam, Singapour et la Thaïlande jusqu’au 15 mai.

   À lire également
Pour ses vingt ans, Trax part en tournée en Chine avec la nouvelle scène française

Pour ce nouveau voyage, l’éditeur musical I love Creative Music a convié les groupes rennais Totorro et Manceau, à venir respectivement présenter leur rock instrumental, et leur douce pop mélodieuse. Ils répondront au flow élastique de KillASon et à la chanson teintée d'électronique de Yelle. À eux quatre, les représentants de la scène française donneront une série de 24 concerts dans 16 villes de 6 pays différents.

La tournée a plusieurs objectifs, dont le premier est de "construire un pont culturel et une relation pérenne entre les artistes français et les publics locaux", explique Tanguy You, qui gère la communication du French Miracle Tour. L’autre but, c’est de "développer un nouveau marché pour nos artistes". Et c’est en bonne voie, comme le prouvent le retour du groupe Manceau, programmé pour la seconde fois sur la tournée, au plus grand plaisir de sa "fan base asiatique", ou encore les 500 places déjà réservées pour le concert de Yelle à Bangkok, dans une salle qui en compte 800. Le rappeur KillASon se révèle aussi très enthousiaste. Actuellement sur place, le jeune poitevin "pense que la musique doit être entendue partout dans le monde." "Je rêve de pouvoir échanger avec le public et les artistes du monde entier, nous déclare-t-il au téléphone, ravi de pouvoir présenter son univers devant un public éclectique. "En Chine c'était super cool. Il y avait des Chinois, mais aussi des étrangers, et tout le monde avait l'air de bien kiffer. À partir du moment où tu prends du plaisir, les gens le ressentent, ils en prennent aussi et te le rendent."

   À lire également
KillASon : rencontre avec le jeune frenchie qui embrasse le rap US

"On est dans une progression assez dingue [...] ce ne sont pas seulement quelques expatriés qui viennent aux concerts", résume Tanguy. Un succès qu’il explique notamment par l’ouverture des pays asiatiques aux musiques occidentales actuelles, et qui pourrait, à terme, permettre plus d'échanges entre groupes français et groupes asiatiques.