Photo en Une : © Jacob Khrist



Jeff Mills, l’un des instigateurs de la techno de Detroit, s’est vu remettre, vendredi, par l’ancien ministre de la culture Jack Lang, le titre d’Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Le musicien originaire de Detroit a voulu être entouré par ses proches amis et collaborateurs, une vingtaine de personnes étaient présentes au dernier étage de l’Institut du Monde arabe, aujourd'hui présidé par Jack Lang. Après avoir remercié ce dernier pour son discours retraçant sa longue carrière, Jeff Mills prit la parole.

"C’est une longue carrière, car elle se déroule de jour comme de nuit. Elle est donc deux fois plus longue que la normale !" Jeff Mills est revenu sur ses débuts comme percussionniste, les premiers groupes avec qui il commença la musique, Jeff Mills puis affirma que, si son parcours alla vers "de nombreuses directions et expérimentations" différentes, certaines furent "bonnes, d’autres mauvaises". "Mais par dessus tout, souligna le DJ et producteur, j’ai toujours pensé que la musique devait servir à faire un monde meilleur, à faire que les gens soient meilleurs." 

À lire également : Ce week-end, Jeff Mills a reçu de Jack Lang les insignes d’Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres

Jeff Mills a salué les personnes qui ont compté dans sa carrière, et en premier lieu son grand frère, de 10 ans son aîné. "C’est lui qui a convaincu mes parents d’être patients alors que j’apprenais la musique, il est celui qui m’a offert ma première table de mixage, et qui a expliqué à mes parents que [ce que je faisais] était... fun." Il remercia également son premier professeur de musique, ainsi que la personne qui lui donna accès à la radio, à Detroit, "qui [lui] a donné une chance, celle de devenir DJ, d’avoir un show, et au final de devenir The Wizard", son surnom aux platines.

"Je voudrais aussi remercier votre pays, la France, et la ville de Paris, de m’avoir permis de matérialiser toutes ces idées."

Il remercia également Dimitri Hegemann, fondateur du Trésor à Berlin, qui "après qu’il ait écouté [son] album, lui demanda de venir à Berlin pour la première fois." "Personne ne nous avait fait joués auparavant, nous n’étions pas vraiment prêts, mais il a pensé que le son que nous faisions à l’époque était quelque chose qui pouvait être intéressant. (…) Grâce à lui et son équipe, le groupe Underground Résistance a eu la chance d’être entendu." Il salua aussi le patron du club Lime Light, à New York, qui l’a fait déménagé de Detroit, "un grand tournant dans [sa] vie".



L'artiste américain poursuivit. "Je voudrais aussi remercier votre pays, la France, et la ville de Paris, d’avoir été aussi accueillante, de m’avoir permis d’y habiter, d’y travailler, et de matérialiser ces idées, ce que je n’aurais sans doute pas pu faire n’importe où ailleurs." Jeff Mills rendit hommage à "[sa] famille, à qui il reste encore à voir la plupart des choses [qu'il a] faites", parce qu’ils vivent dans différentes régions des États-Unis. "Mais aussi ma femme bienaimée, qui est responsable de 95% de ce que j’ai accompli !" Soulignant que le duo travaillait déjà main dans la main, même lorsque qu'ils n’étaient pas mariés, il remercia aussi l’équipe passée et présente d’Axis, son label depuis plus de 25 ans, "merci, pour votre compréhension et votre patience".

Son dernier mot fut pour "Monsieur Jack Lang." "Merci de me remettre cette décoration, et d’être un si grand allié et un soutien de longue date des musiques électroniques". "J’aimerais que nous ayons plus de personnes comme vous, qui ne sont pas des DJ’s ou des musiciens, mais qui comprennent cette musique dans toutes ses si différentes formes, merci beaucoup." Le DJ conclut en témoignant sa reconnaissance à ceux qui l’ont soutenu tout au long de ces décennies, depuis les années 70. "J’apprécie toutes les opportunités qui m’ont été données, et j’espère continuer, malgré ce rythme très soutenu, aussi longtemps que possible."