Photo en Une : ©Hugues Rey

INTERFERENCE

Quand je faisais cet album, je me suis imaginé une vague histoire de hippies, de machines et de fin du monde, un truc comme ça, assez bordélique. On peut peut-être le ressentir dans l’intro, le premier synthé qui fait l’harmonie serait « l’humain », le second ,« le robot » désaccordé, interfère sur l’autre et sème le désordre.

CRASHED

J’ai une image assez primaire et teubé de ce titre : une voiture qui formerait un long nuage noir de pollution en passant dans la rue, cette voiture serait un engin bruyant du futur, au carburant encore inconnu. Une vibe assez Mad Max.

   
À lire également: Pourquoi Hugues Rey a eu raison de tuer Bobmo, en 1 heure de mix techno, acid et krautrock



EXISTENCE

Le premier titre enregistré pour cet album, de l’italo-disco chicago-isée. C’est aussi celui qui m’a pris un peu plus de temps à mixer.

TRANSITION

Comme de l’ambient rythmique aux drums non identifiés. Un genre de dance music d’aéroport.

FUSEBOX

En 2017, il est devenu difficile de produire de l’acid house sans tomber dans le « trop tribute ». Avec ce track, je pense avoir réussi un hommage qui reste contemporain. Finalement, la house reste la colonne vertébrale de la musique, bien que ce soit plus subtil qu’avant, c’est le titre le plus « Bobmo » de l’album.

COMMUNICATION

Ca pourrait être un genre de DJ tool 70’s imaginaire. J’ai beaucoup écouté Catherine Ribeiro + Alpes, des Pink Floyd français qui fabriquaient leurs propres matos avec des cordes électriques. J’adore tous ces trucs “early electronic”. Appliquer leurs idées et les réintégrer dans un contexte techno de 2017, c’est ce que j’ai tenté de faire avec cet album.

SLOWDOWN

Le dernier titre enregistré l’été dernier. Je le vois comme de la house genre nu-groove screwed, avec une ambiance un peu cinématographique, du Detroit dans les synthés aussi. J’ai toujours trouvé les mélanges de son analogique/digital intéressants. C’est peut-être le track dont je suis le plus fier.

INFINITI

Comme j’aime beaucoup le son de cowbell de la TR-808, j’ai décidé de faire un track exclusivement à partir de ce sample qui tourne en boucle, se dépitche et fait des accords. En ajoutant le plus de delay possible, j’ai réussi à faire tenir l’idée en un titre de 7 minutes. Il y’a trois semaines, Ikutaro Kakehashi, créateur de la TR-808 et Roland est mort, on peut voir ce track comme un hommage. RIP Ikutaro.

COMMUNICATION II 

Les robots ont envahi la surface de la Terre, ayant compris, avalé et digéré tous les codes de la jeunesse occidentale des années 60 et 70, ils improvisent un jam qu’ils envisagent comme une réinterprétation four on the floor de Terry Riley.

MASS CONTROL

C’est le silence, la mort instantanée de toutes civilisations, les machines jouent « Mass Control ».