Photo en Une : © Brice Robert

Ce n’est pas un hasard si c’est la piscine du Rhône qui a été choisie pour accueillir ce nouvel établissement, bien au contraire. Selon Vincent Carry, directeur d'Arty Farty, c'est un endroit symbolique : « C’est là qu'est né Nuits sonores, c'est là qu'ont retenti les premières notes de musique du festival. Nous y avons des souvenirs très forts, les "All Day Long" de Laurent Garnier, Body and Soul, Pedro Winter et DJ Mehdi… Il y a eu plusieurs cartes blanches là-bas, dont celle de Manchester qui fût un moment délirant ! »

Il y a un peu plus d’un an, les créateurs de Nuits sonores ont su qu’ils avaient remporté l’appel d’offres lancé par la ville pour investir la piscine du Rhône, installée, depuis sa création pour les JO de 68, dans le cosmopolite quartier de la Guillotière. « On a bossé sur le projet pendant 15 mois, afin de le penser, d’établir son édito, de recruter les chefs et de construire une équipe. En somme, bâtir un projet global qui permettrait une ouverture le 12 mai prochain » appuie Vincent Carry.

   À lire également
Lyon : le festival Nuits sonores 2017 annonce une programmation titanesque

Le look de ce nouveau restaurant, À la Piscine, sera en accord avec l’endroit qui l’accueille. Pour designer cet espace de 300 m², Vincent Carry s’est tourné vers une agence d’architectes qu’il connaît bien, LFA, qui travaille sur les Nuits sonores depuis des années, et à qui l'on doit également la réalisation du Sucre : « L’idée était de créer un lieu qui soit élégant et convivial, de travailler sur la dynamique qui se crée entre deux espaces distincts. L’intérieur va vivre toute l’année et doit être le plus cosy possible ; la terrasse panoramique extérieure, qui présente l’une des vues les plus incroyables de Lyon, sera très différente. »

Pour la carte du restaurant, Arty Farty s’est associé aux équipes de Café Cousu – une enseigne prisée du premier arrondissement lyonnais et de La Récréation. Ils ont recruté deux chefs : Delphine Gabillard, qui a fait ses classes dans les cuisines du grand chef Alain Ducasse, et Pierre Naudion, formé à l’école 3 étoiles d’Alain Passard. Ensemble, ils avaient une idée bien précise derrière la tête : « Cette carte on l’a conçue avec la volonté de respecter une cuisine de saison. respectueuse des produits, du caractère local des artisans et des producteurs avec lesquels on veut bosser. »

« La cuisine est un sujet, qui, comme la musique, concerne tout le monde »

À la Piscine, en plus de ses deux chefs permanents, s’inviteront de façon ponctuelle d’autres chefs venant du monde entier. Une cuisine résolument tournée vers l’international, du mercredi au samedi, qui contrastera avec le menu des dimanches : avec le chef Jean-Luc Damieux-Verdeaux aux fourneaux, l'ultra-local sera à la page : « L’idée est de travailler non pas à l’échelle de la planète, mais à celle du quartier, la Guillotière. On veut vraiment composer avec les communautés, les associations locales, un vrai travail de proximité en somme. Notamment parce qu’on va pouvoir rebondir sur l’activité des marchés du cœur de Lyon », explique Vincent Carry.

   À lire également
Des Lyonnais vont enregistrer un cuisinier en action pour en faire de la musique gustative

À noter que ces mêmes dimanches pourront donner lieu à d'autres activités sollicitant « des personnalités à contre-emploi, toujours au service de la cuisine », évoque le directeur d'Arty Farty, avant de conclure : « La cuisine est un sujet, qui, comme la musique, concerne tout le monde. »