Photo en Une : © Gonjasufi

Ta dernière défonce ?


J’ai bien failli y rester. En 2012, on est allés voir un match des Lakers avec un ami. On avait bu pas mal de tequila l’estomac vide. Or, je m’étais fait opérer et je devais prendre tous ces anabolisants qui défoncent l’estomac. On était tout en haut de la tribune, et au moment de m’asseoir, je regarde le terrain : j’avais l’impression qu’on était à 10 000 km du sol ! Tout mon corps commence à perler de millions de gouttes de sueur. Mon ami me demande si ça va. « Non, mon pote, il me reste 40 secondes avant de vomir sur tout le monde. » J’ai foncé aux toilettes. La seule chose dont je me souviens ensuite, c’est une femme de ménage qui me réveille en me disant « Monsieur, il faut rentrer, le match est terminé. » J’étais la dernière personne dans le stade ! Mon corps a été bien secoué. Depuis, j’ai arrêté de boire de l’alcool fort, juste du vin et des bières, si j’ai du monde.



Ta dernière baston ?

Je ne suis pas un mec qui aime se battre. Mais je me souviens de cette fois où un putain d’Aryen genre Ku Klux Klan a commencé à m’insulter sans raison puis a essayé de me frapper. J’esquive ses poings et il me sort : « C’est bien ce que je pensais, putain de négro. » C’était presque drôle tu vois, je n’avais jamais entendu ça avant. Là, je m’écarte et lui rétorque : « C’est toi le sale nègre ! Ta femme est une négresse, tes gosses sont des sales négros, ton père, tes grands-parents, vous êtes tous des putains de négros. » Mec, ça l’a tué.

   À lire également
On a passé une demi-heure complètement mystique avec Gonjasufi

Ton dernier vote ?


Pour la légalisation du cannabis en Californie. Trump et Clinton ? Je ne serais pas en accord avec moi-même si je votais pour l’un de ces enfoirés. (cette interview a été réalisée en août 2016, ndlr) Obama ? J’ai voté pour lui la première fois. La seconde, on savait qu’il allait gagner, il n’avait pas besoin de moi. Et maintenant qu’on a le choix entre un vieux type orange et cette sale menteuse, les gens disent « Oh merde. Obama était vraiment génial. » C’est un peu triste.



Ton dernier livre ?

Je n’ai pas lu un livre jusqu’au bout depuis, wow, 20 ou 30 ans. Sinon, j’avais toujours le Tao Tö King de Lao Tseu dans la poche en tournée. Je l’ouvrais pour lire quelques lignes puis le refermais en disant « Ok cool. » J’aime sa façon de traiter de la dualité. Il dit par exemple que si tu veux quelque chose, alors arrête de courir après. Ça m’a marqué.



Ton dernier rêve ? 


J’étais en train de chiller avec Johnny Depp ! Il avait sa main sur mon épaule et m’invitait à jouer de la guitare. Je me suis retrouvé dans mon salon, avec Johnny Depp qui me regarde et me dit : « Poto, t’es vraiment un type bien. » Je me suis réveillé, j’étais fou !



Ta dernière peur ?

Pour mes enfants. Je n’ai peur de rien d’autre, mais celle-ci oui, tout le temps. Je peux plonger dans toutes mes autres peurs, mais pas celle-ci. J’ai peur de cette peur-là.



Ta dernière grande décision ?


Il y a six mois, arrêter de fumer des joints tous les jours et revenir à un mode Mike Tyson ou Mohamed Ali : sortir courir avec mon chien la nuit, boxer le vent, retrouver mon souffle, plus de clairvoyance. 


Ta dernière volonté ?

Ce serait de revivre la même vie. Si l’univers me demande si je veux refaire un tour, je lui répondrais : « Fuck yeah ! On recommence ! » Je crois en cette possibilité, qu’on est tous connectés et qu’on retrouvera les gens qu’on aime dans une prochaine vie. Espérons.