Photo en Une : © Paul Oakenfold pour toutes les photos

paul oakenfold everest

Par Angélina Paolini

Cette randonnée représentait beaucoup pour l’artiste, puisqu’elle célébrait le 30e anniversaire de son voyage à Ibiza, île sainte du clubbing et bastion de l'acid house, qui marqua le début du Second Summer Of Love à la fin des années 80.

   À lire également
Le créateur de Trainspotting lance une série télé sur les premières raves et l’acid house

Dans une vidéo postée sur Youtube, l’artiste déclare n’avoir eu aucune expérience dans la marche et se confie sur cette aventure. « Je ne vais pas dire que c’était une randonnée facile, mais elle était merveilleuse. Si vous pouviez voir cette vue, c’est très inspirant ! » Entre festivals et concerts, Oakenfold s’était préparé durant quatre mois à ce voyage au Népal. Le DJ de 53 ans aura marché dix jours accompagné par une équipe de sherpas, des guides et autochtones de ces latitudes enneigées, tandis que ses platines et son équipements audio étaient portés à dos de yak.


Une démarche engagée

Ce n'est pas seulement l'amour de l'exploit qui motive l'organisation de ce concert, le premier du projet SoundTrek, qui vise à « partager la musique électronique dans plusieurs endroits difficiles d’accès, tout en sensibilisant les gens aux questions environnementales et en collaborant avec les cultures locales ». L’artiste profite de cette occasion pour récolter des fonds pour les survivants du tremblement de terre de 2015 au Népal, qui avaient tué 9 000 personnes. Des extraits de son set en haute altitude, ainsi que son carnet de voyage, sont disponibles sur sa page Facebook.