Photo en Une : Le hangar à bananes © Garnier Event

« Le LC s’est cherché pendant pas mal d’années, aussi bien en termes de techno que de house. Il organisait des soirées plus commerciales, en invitant des artistes comme David Guetta, Martin Solveig... C’était ce qui marchait à l’époque » commence David Asko, qui avait déjà travaillé pour le club il y a de cela quelques années.

« Philippe Clément, le propriétaire du club, m’a dit en mars dernier lorsque nous nous sommes revus : "je ne sais pas trop quoi faire en ce moment, j’ai des trucs qui marchent, d’autres moins". Il m’a alors demandé de travailler pour lui, sûrement motivé par mon expérience. » Une offre que David Asko, résident au Magazine Club de Lille depuis 4 ans, ne laissera pas passer.

   À lire également
Dans les loges de ... LC Club (Nantes)

Ce projet sonne comme un nouveau départ pour le club : « On m'a chargé de revoir toute la communication et la programmation. J'ai regardé ce qu’il se passait à Nantes, aussi bien au niveau des events que des autres clubs, sans oublier ce qui avait déjà été fait au LC. On a fait un mix de tout ça, on s’est posés pendant quelques semaines en réfléchissant sur ce que l’on pourrait apporter de nouveau », détaille David Asko. Les bases de la nouvelle identité du club étaient posées, ne manquait plus que le relooking.

Bien consciente de l’enjeu que les "à côté" de la programmation représentent, la direction artistique a voulu mettre en valeur cet aspect : « Aujourd’hui, le contexte est tel qu'il est essentiel de varier la conception de chaque évènement. Lorsque les gens payent entre 15 et 20 €, ils sont en droit d'exiger autre chose qu'un club classique qui ne change pas? » Elle a donc instauré un pôle mapping, suppléé de temps à autre par des collectifs. Pour ce qui est des lumières et du son, le LC travaille avec une société associée aux festivals Astropolis et Panorama. Un gage de qualité.

Pointures mondiales & scène locale

En matière de programmation, David Asko s’est engagé à redynamiser le club : « Dès mon arrivée, j’ai proposé des noms comme Marcel Dettmann, Len Faki, ainsi que Jeff Mills pour nos nouvelles soirées "Legends"… Une prog assez lourde, réunissant des valeurs sûres de la techno et de la house, bien connues du public. » D’autres noms ne vont pas tarder à s’ajouter à ceux déjà passés : Bon Entendeur le 15 avril prochain ; AZF, Laurent Ho, The DJ Producer, Hellfish, David Askore, Lil' Louis… Une grande partie de la programmation est disponible ici.

Le LC ne délaisse pas pour autant la scène locale nantaise, bien au contraire : « Le club a toujours défendu cette cause ! On invite beaucoup de collectifs et DJ's locaux : God Save House, un jeune collectif qui met en avant la vraie house music, la Juvénile et La Source, que l'on met en avant sur nos line-up. Et puis après il y a les collectifs techno : Sound Lockdown, Le Safari Nantais… Sans oublier les DJ’s locaux Quentin Schneider, La Cox, Princess, Alphyse, P-H.T, Combe, qui sont plus ou moins les DJ’s des collectifs dont je viens de parler. »

Ce projet "renaissance" pour le LC ne se limite pas à l'enceinte du club. Il compte emporter dans son élan la voisine d’en face, La Cantine du voyage – également propriété du LC et ouverte depuis 4 ans du printemps à l’été –, une grande terrasse aménagée où l’on peut boire et manger, mais aussi se laisser vaquer à une somme d’activités alternatives (pétanque, baby-foot, skateboard…). David Asko insiste sur ce point : « Le LC est vraiment un complexe, culturel, familial et convivial. Tu peux passer la journée, la soirée, la nuit sur le même lieu. On veut développer cette idée de pôle culturel. »