Vendredi dernier, pendant la deuxième édition du ORBIT festival, Dax J remixait l’addhan, l’appel à la prière, provoquant un tollé sur les réseaux sociaux, et la fermeture du club, El Guitoune. Malgré ses plates excuses, le co-fondateur d’ EarToGround Records (qui aurait reçu des menaces de mort) a été contraint de supprimer ses comptes Facebook, Instagram, et Twitter. Son procès s'ouvrait aujourd'hui en Tunisie et le jugement est sévère.

Jugement par contumace 

La cour communale de Hammamet a rendu son verdict. Le DJ britannique est condamné par contumace (en son absence) à six mois de prison pour outrage public à la pudeur, et six mois pour atteinte aux bonnes mœurs et à la morale publique.

À noter que le droit international, comme la cour européenne des droits de l’homme, sont défavorables aux procès par contumace, même s'ils ne l'interdisent pas, l'accusé absent ne pouvant bénéficier d'une défense équitable devant les juges.

Le gérant de la discothèque à quant à lui bénéficié d’un non lieu. Un jugement que le parquet refuse, indique le porte-parole du tribunal de première instance de Grombalia (AFP), et qui a fait appel de la décision, estimant les organisateurs responsables du contenu diffusé.

Affaire à suivre.