Photo en Une : ©Pierre Wetsel

Pour son vingtième anniversaire, la large plaine de Filhole, sud-ouest de la France, accueillait 130 000 festivaliers : un nombre mirobolant, représentatif de l’engouement suscité par Garorock. Rien d’étonnant, quand on voit les jolis noms qui y sont passés. Cette année encore, qui marque l’entrée du festival dans sa troisième décennie, le line-up, panaché, est d’une grande qualité.

Comme à l’accoutumée, le rock sera mis à l’honneur à travers des groupes comme La Femme, les Anglais de Foals, les héritiers du patrimoine French Touch Phoenix, ou encore Beth Ditto, divorcée de son groupe The Gossip. Autre discipline représentée, le hip-hop. On sera heureux de voir le juvénile et incisif Georgio cohabiter avec le plus expérimenté Mac Miller ; les Flatbush Zombies, qui portent le même nom que l’une des rues de Brooklyn, Flatbush Avenue, feront le déplacement, tout comme la reine M.I.A., qui ne cache plus son goût pour le rap français. Sans oublier le rap de l’Estonien Tommy Cash, qui nous rappelle celui de Ninja, de Die Antwoord. 

Aussi, une programmation électro de qualité

 
Place à l’électronique maintenant, présente pendant les 3 jours du festival. Vendredi, avec des artistes comme ceux du collectif house sud-africain  Batuk, le patron de Major Lazer Diplo, les Parisiens très inspirés de Contrefaçon – qui manient avec autant d’aisance le son et l’image –, ou le phénomène French Fuse, deux gamins qui s'amusent à remixer des pubs. Un autre collectif déjanté a confirmé sa présence, celui des Russes de Little Big, et Mike Rock, le DJ du Hellfest, sera aussi de la partie. La créatrice du label Correspondant, Jennifer Cardini, proposera un DJ set, et Rebeka Warrior, de Sexy Sushi, enverra sa techno solide et hardcore comme elle sait le faire. Vendredi rimera aussi avec Solomun et le duo Tale Of Us, qui vient juste de nous gratifier de son dernier album, Endless.

Le samedi sera bien fourni aussi. La scène française se distinguera avec des ambassadeurs tels que Mr Oizo, Oxia, qui a nous raconté l'histoire de son tube “Domino”, ou bien, l’homme que l’on ne présente plus, Vitalic. On ne manquera pas non plus le jeune duo lyonnais Trinix ou l’incontournable DJ et producteur italien Sam Paganini. Un des représentants du courant Future beat, Jumo, fera une démonstration, au même titre que les experts munichois de la bass music, Schlachthofbronx. Autres Allemands, les très techno Pan-Pot, également créateurs de Mobilee Records.

Oxia - Domino

On en arrive au dimanche, légèrement moins fourni, mais tout aussi qualitatif. On commence avec une autre figure forte du Future beat, Petit Biscuit. On continue avec les mystiques Français de Pouvoir Magique, pour finir avec les protégés de l’écurie Ed Banger, le duo Justice, qu’il est inutile de présenter…

Le festival Garorock aura lien dans la plaine de Filhole à Marmande du 30 juin au 2 juillet.