Photo en Une : © Jeff Pachoud

Depuis la sortie de La Home Box en 2015, le producteur s’était fait assez discret en studio – tout juste avait-il teasé en janvier dernier la sortie de l’EP Tribute sur Instagram, révélant que c’était son acolyte de longue date Scan X qui en assurait le mastering. Le disque est à présent terminé et atterrira dans les bacs le 14 avril. Estampillé Kompakt Extra, il porte le numéro 95 des releases Speicher ; des tracks orientés club, dansants et destinés à être mixés dans un set. Kölsch, Danny Daze, DJ Koze ou encore Mathew Jonson lui succèdent dans cette longue série.

Finalising the "tribute ep" #laurentgarnier #techno #tributeep #masteringbyscanx #speicher

Une publication partagée par Laurent Garnier (@laurent_garnier) le 9 Janv. 2017 à 3h15 PST

La face A, "1-4 Doctor C'est Chouette", Garnier raconte l’avoir jouée récemment lors d’un set à l’Oval Space de Londres. Un fan l’alpague au booth, lui demande d’où sort ce track et dit : "Il y a tellement de mélancolie dans ce track, à quoi est-ce que tu pensais lorsque tu l’as fait ?"

"Sa question a touché une corde sensible : il avait compris ce que je ressentais lorsque j’ai créé ce track – n’est-ce pas ça le but de la musique ?" écrit Garnier. "Il y a des moments dans la vie où nous devons dédier un petit quelque chose aux personnes et aux lieux qui nous sont importants. C’est ce que j’ai voulu faire avec ce disque : juste dire je t’aime, tu me manques, ou simplement merci."

Ce qui explique le titre du second track, "From the Crypt to the Astrofloor", un hommage à la scène du festival brestois Astropolis, où Garnier joue presque tous les ans depuis 1996. Vingt ans, putain. Un track dont les basses vrombissantes comme un moteur de voiture-bélier et l’avalanche de snares culmineront bientôt dans plus d’un set.

laurent garnier
Artwork

Laurent Garnier sera en interview sur huit pages dans le prochain Trax, disponible en kiosques début mars. Nous y parlerons politique avec le "papa" de la techno française, qui revient sur les réactions suscitées par son récent doigt d’honneur musical au FN et réaffirme l’opposition des valeurs de la techno à celles de l’extrême droite, après deux décennies de luttes pour la reconnaissance des musiques électroniques.

Laurent Garnier - Wake Up