L’idée vient (forcément) d’un digger : "J’avais toujours plusieurs onglets YouTube/SoundCloud ouverts, et c’est un problème que plusieurs potes avaient, du coup je suis parti sur l'idée de faire une petite plateforme qui permettrait d'écouter rapidement toutes les sorties provenant de plusieurs chaînes promotionnelles depuis un seul onglet", explique Jonathan, à l’origine du projet. Lancé en v1 fin 2016, Diggr présente une interface pour le moins intuitive : une page d’accueil avec les dernières sorties, un bandeau/player en bas de l’écran, ainsi qu'une classification par genres musicaux pour affiner ses recherches : dark techno, trance, ambient, micro…

diggr

Des recherches davantage facilitées par la seconde version de Diggr. "Nous nous sommes dits qu'il serait utile d'ajouter des infos absentes de YouTube, mais présentes ailleurs sur le Web, comme le BPM, le label ou encore un lien Discogs. Ces données sont récupérées automatiquement sur d’autres plateformes lorsqu’elles sont disponibles."

   À lire également
Groupes Facebook : une nouvelle manière de digger de la musique


Pour proposer un contenu de qualité et ne pas se perdre dans le dédale des recommandations YouTube, Diggr a limité le nombre de chaînes accessibles via son site en privilégiant des uploaders actifs et susceptibles de poster des tracks en avant-première. On retrouve ainsi plusieurs noms bien connus des diggers du web : le collectif et label Les Yeux Orange, le webzine Ransom Note, les chaînes des groupes Facebook Chineurs de Techno et Chineurs de House, ou encore les pourvoyeurs de techno underground 7296272962 et HATE… Une sélection élaborée en concertation avec d’autres enthousiastes et artistes, ajoute Jonathan. Ce dernier compte aussi sur les retours des utilisateurs pour enrichir le catalogue d’uploaders, qui reste à ce jour quelque peu restreint : "Nous prévoyons également d'intégrer d’autres plateformes pour enrichir notre catalogue et être sûrs de ne laisser aucun artiste ou track de côté !"

Beta oblige, certaines fonctionnalités restent à améliorer – ou comment se retrouver à acheter un disque de Debussy lorsque l’on a cliqué sur un track de techno industrielle. Mais l’on entrevoit sans peine le potentiel de Diggr, qui compense les lacunes de la recherche sur YouTube et centralise en un seul site toutes les informations relatives aux dernières releases. Un outil qui pourrait bien devenir incontournable, si l’équipe de développeurs continue d’être autant à l’écoute de la communauté qu’elle l’a été jusqu’à présent.

999999999 - X0001000X