Photo en Une : Ben Klock / © Mixmag

Une preuve de plus, s’il en fallait, que les DJ’s ont accédé en vingt ans au rang de superstar internationale, surpassant même les géants du rock, de la pop ou du hip-hop : ce sont Tiësto et Paul Van Dyk qui se retrouvent respectivement en première et seconde place du classement de Travelbird, juste devant Bob Dylan, Metallica et Aerosmith. Depuis le début de leurs carrières, en 1994 et 1990, les DJ’s ont parcouru chacun plus de 2 300 000 km. Pour parler de manière plus imagée, Tiësto a effectué 62 fois le tour du monde – six voyages jusqu’à la lune ! Travelbird estime qu'un fan absolu du DJ aurait dû débourser plus de 460 000 € pour assister à chacune de ces dates...

travelbird

classement dj

Comment ce classement aux airs de top DJ Mag (Tiësto et Paul Van Dyk ont tous deux déjà été élus meilleurs DJ's à plusieurs reprises par le magazine) a-t-il été réalisé ? L’agence explique avoir étudié le calendrier de dates de chaque artiste, sur toute la durée de sa carrière, et avoir utilisé Google Maps pour déterminer le nombre de kilomètres ainsi parcourus. Pour les voyages en avion, c’est la distance à vol d’oiseau qui a été retenue – en comptant les possibles escales, le compteur grimperait encore. Un point d’ombre subsiste néanmoins : Travelbird affirme que les 36 artistes ont été sélectionnés parmi les "100 artistes les plus influents", déterminés par un sondage dont on ne connaît aucun détail.

Kraftwerk truste la vingtième position du classement, mais des DJ’s internationaux tels David Guetta ou Armin Van Buuren ne sont étonnamment pas dans la liste ; peut-être ont-ils été jugés moins "influents" que Stromae, que l’on retrouve en 32e position ? Sans surprise, les groupes de rock sont largement représentés avec les Rolling Stones, U2, Pink Floyd, The Grateful Dead (qui se retrouve à la 13e place, alors qu’ils ne tournent plus depuis 1995), de même que les rappeurs avec Snoop Dogg, Kanye West ou Jay Z.

   À lire également
Les DJ's et musiciens seraient trois fois plus exposés à la dépression que la moyenne

Alors forcément, ça donne des envies de voyage ; mais l’envers du décor est parfois moins rose : le jet-lag constant et l’impression de ne jamais toucher terre ont poussé plus d’un DJ au bord de la dépression, à l’instar de la comète de l’EDM AVICII, qui annonçait récemment qu’il arrêtait de se produire sur scène car ne supportant plus son rythme de vie, à 26 ans seulement. "Le métier de rêve devient un périple à la Walking Dead", résumait David Blot dans nos colonnes.

   À lire également
Un film ultra immersif sur la vie (pas si rêvée) d'un DJ refait surface