Un bon point de départ est d’aller visiter les deux disquaires cool de Lyon sur les pentes de la Croix-Rousse : Groovedge et Chez Émile. Il n’y a quasiment que de la seconde main à Groovedge, tu peux trouver plein de trucs marrants et pas chers. On va Chez Émile pour les nouveautés et les nombreuses références de labels qu’on apprécie : Macadam Mambo, Music From Memory, Dark Entries etc.. Ambiance brocante avec des hippies à Groovedge, et Chez Émile, on va boire un café et faire chier Léo pour qu’il nous amène les disques qu’on veut.

Groovedge : DJ Sentiment – Drivin Thru (Groovedge)

Chez Émile : Lastrack - Zdry Connection (BFDM)

On va ensuite squatter dans les studios de Lyl Radio, sur les quais de Saône. Tout le monde ne peut pas y aller, mais au pire, on peut écouter la radio (l-yl.com). Une antenne parisienne s’est aussi ouverte il y a peu. C’est la radio qui rassemble toute la scène lyonnaise. Il y a deux ou trois ans, Lucas et Simon ont ouvert la radio à tous ceux qui considéraient avoir quelque chose à dire. Sa particularité est d’être située dans une friche artistique qui était pleine de bordel avant qu’ils arrivent, et qu’ils essaient de ranger un maximum depuis. Il y a là un atelier pour les gens des Beaux-Arts et sept ou huit personnes qui y vivent, dont un mec de Lyl Radio. Une des pièces, c’est leur studio. Beaucoup de soirées y commencent pour l’apéritif et on y ramène toujours pas mal de potes, au grand regret des mecs de la radio. C’est vraiment très convivial, et on peut entendre ce qui se fait de mieux à Lyon et dans les archives de musique africaine de la bibliothèque de Lyon, avec qui ils sont partenaires. Un des mecs de Lyl Radio monte un label qui s’appelle Zèbre, et dont le premier EP est signé Raymonde.

Raymonde – La Mort du Dieu Éléphant (Zèbres)

Jean-Claude Naimro – Avéou Doudou (GD Productions)

On va ensuite au Voxx, pas très loin, à côté de la place des Terreaux. On s’y retrouve tous pour boire des coups à la fin de la journée, ou lorsque les gars de Lyl Radio en ont marre qu’on squatte. On y boit des double pastis et des mauresques. Un des serveurs collectionne les disques de funk et de soul, et les passe parfois. Ça fait une bonne musique de fond, c’est sympa. Il y a une assez grande terrasse donc on boit des coups là, et on peut être sûrs qu’on va croiser des gens qui vont faire la même chose, ou qui vont juste passer. C’est un peu le bar de la jet-set.

Serge Ponsard – Out In The Night (WEA)

Escape From New York – Fire In My Heart (Rollerball Records)

La prochaine étape, c’est le Café Galerie, toujours dans les pentes, spécialement pour les soirées La Boule de cristal, les meilleures de Lyon. De temps en temps, on va mixer là-bas sous des pseudonymes différents. C’est une espèce de petit bar pété où ils servent de la super bonne bière et du rhum. Tu as un petit escalier qui te mène au sous-sol tout en pierre où tu as un petit système-son. Dès qu’il y a 40 ou 50 personnes, c’est surblindé et le gros gros bordel, avec de la super musique. Bien bien chouette comme endroit.

Taeko Onuki – Carnaval (RCA)

Hysteric – Arabian 02 (Public Possession)

Le Café Galerie, ça se finit à 3 heures en général, ensuite on va au Terminal, un club qui ferme souvent entre 6 h 30 et 7 heures où l’on avait une résidence il y a un an et demi. On appelle ce club la boîte noire parce que c’est petit et que c’est tout noir à l’intérieur. Le mec qui s’en occupe a une série de soirées depuis trois ans qui s’appellent Tunnel Vision, et à chaque fois, il invite de super artistes. En première partie, il fait jouer toute la scène locale, c’est bien pointu. Il y a un public qui ne vient que pour les Tunnel Vision. Si tu veux finir tardivement, c’est la soirée où aller, la programmation est de qualité et l’ambiance est chouette. Le son, ça dépend des styles de musique. Parfois, la soirée se termine avec des mecs qui pètent complètement les plombs et passent de la jungle ou du breakcore devant 20 jeunes raveurs qui ont été courageux.

Emmanuel Top – Acid Phase (Attack Records)

J-Zbel - ZHF (Poppers Mix) (Brothers From Different Mothers)