Photo en Une : © Getty Images

Le 31 janvier 2017, Ethan Diamond, le fondateur et CEO de Bandcamp, publiait une longue lettre sur son site en réaction au décret anti-immigration signé par Donald Trump. Ce texte annonçait l'interdiction d'entrée sur le sol américain pour les ressortissants de sept pays majoritairement musulmans (Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen), provoquant un tollé international face à une décision considérée par beaucoup comme fondamentalement anti-musulmane.

   À lire également
Artists In Action 5 : une compile de 72 titres techno/house pour aider les réfugiés

Dans sa lettre publiée sur Bandcamp, Ethan Diamond, dont les grands-parents étaient originaires de Russie et de Lituanie, manifestait son aversion pour ce décret "immoral, qui viole l'esprit et les fondements de l'Amérique." En réaction le fondateur du site écrivait : "Ce n'est pas ce que nous sommes, et ce n'est pas ce en quoi nous croyons. Chez Bandcamp, nous nous opposons de tout cœur à cette interdiction et exprimons notre soutien à ceux dont la vie a été bouleversée. Ainsi, toute la journée d'aujourd'hui (à partir de 12 h 01, heure du Pacifique), pour tout achat que vous fassiez sur Bandcamp, nous verserons 100 % de notre marge à l'ACLU (American Civil Liberties Union) qui travaille sans relâche pour combattre ces discriminations et les actions anticonstitutionnelles.

Le 2 février, Bandcamp a annoncé que plus de 400 artistes et labels l'avait rejoint dans sa lutte contre le désormais dénommé "Muslim Ban". Ces différents acteurs du monde de la musique ont donc décidé de reverser une part de leur bénéfices acquis sur le site à l'American Civil Liberties Union et d'autres associations. Parmi eux, plusieurs artistes et les labels de musique électronique comme Four Tet, DFA Records, Hyperdub ou encore Beats in Space. Rien d'étonnant si l'on retrouve le britannique Four Tet parmi ces artistes engagés. Ce dernier a en effet réalisé une playlist Spotify de 200 morceaux du monde entier, où l'on trouve aussi bien du Mariah Carey, du Caribou, du Madonna comme du Omar Souleyman. Une playlist contre ce "Muslim Ban" et en hommage à à cet ami syrien dont il avait produit l'album Wenu Wenu à Brooklyn en 2013. Chose qui serait désormais impossible. 

Le bilan de ce vendredi a été pour le moins positif puisque le site avait reçu 1 000 000 de dollars d'achats de musique digital le jour même. Soit "550 % de plus qu'un vendredi normal, déjà le plus meilleur jour de vente de la semaine" selon Bandcamp. Le site continue dans son explication : "Toute notre part de cette somme (~ 12 %) va directement à l'ACLU. Les autres 88 % (moins les frais de transaction) vont directement aux labels et aux artistes." Et ce sont ces 88 % que les 400 labels ont décidé de reverser.

La liste complète ici