Photo en Une : Razzle-Dazzle camouflage by Dag insky

Il y a quelques mois, nous apprenions l'arrivée d'un nouveau venu dans la famille des clubs flottants. Le Razzle, ancien bateau-phare amarré à Amsterdam, petit frère du Batofar et de l'I.BOAT, devait être un nouveau moteur culturel de la ville de Lyon. Aujourd'hui, c'est avec amertume que la scène électronique française apprend que ce projet – ayant nécessité quatre ans de travail et plus de 1,7 million d'euros d'investissement – ne verra peut-être pas le jour.

   À lire également
[ITW] Razzle Club : prochain phare de la nuit lyonnaise

Déjà considéré par beaucoup comme un projet à haute valeur culturelle ajoutée, le Razzle, aujourd'hui bloqué à Marseille, devait accueillir une programmation musicale pointue et couvrir un large spectre de musiques électroniques. Une jauge de 300 personnes était envisagée et 30 personnes allaient être employées par cette infrastructure.

L'équipe du Razzle, après avoir envisagé plusieurs points d'accostage dans la Métropole lyonnais, a vu la mairie de Caluire lui opposer un refus en décembre, après avoir donné un accord oral, comme le raconte en détail le Petit Bulletin.

Pour les créateurs du projet, le blocage vient d'en haut. Le "sénateur-maire de Lyon et président de la Métropole Gérard Collomb s’oppose au Razzle", selon l'équipe du club, dans un communiqué publié sur leurs réseaux, et "refuse même de recevoir les dirigeants du projet", complète l'artiste lyonnais Sacha Mambo, initiateur de la pétition de soutien à l'équipe : impossible de se projeter pour le club, qui a déjà annulé ou transféré sa programmation d'opening et de février/mars dans d'autres lieux de la ville.

"Les raisons de ce refus sont obscures, certaines ne sont pas compréhensibles dans une ville comme Lyon." – Sacha Mambo, artiste lyonnais et auteur de la pétition

Néanmoins, l'équipe du Razzle garde un dernier espoir : que la mairie change d'avis face à la pétition lancée au nom de tous les collectifs d'artistes impliqués dans ce projet par le boss du label lyonnais Macadam Mambo et potentiel résident du Razzle, Sacha Mambo.