Photo en Une : Licence CC0

Située sur la côte Atlantique, Mar Del Plata est la quatrième plus grosse ville d’Argentine et la première station balnéaire du pays ; une destination très prisée par les touristes pour ses kilomètres de plage et son climat tempéré. C’est donc un autre coup dur pour les amateurs des fêtes de musique électronique que l’annonce par le maire de la ville, Carlos Arroyo, de l'interdiction de ces dernières. Selon lui, cette décision intervient en réaction à des drames survenus dans plusieurs régions du pays – à l’instar des six personnes décédées des suites d'une overdose au Timewarp Argentina en 2016 –, et veut s’attaquer à un problème de "santé publique" lié à la consommation de drogues durant ces fêtes, particulièrement de "drogues de synthèse", rapporte El Marplatense.

Parmi les événements attendus très prochainement, les DJ's Nina Kraviz et Solomun devaient venir se produire sur la scène bordée de palmiers du Destino Arena. Suite au décret, le club a annoncé sur Facebook avoir rencontré le maire, le ministre de la santé et les autorités municipales, ainsi que les producteurs locaux et les autorités concernées. L'équipe parle de discussions "très positives" mais attend un communiqué de presse officiel de la ville, à paraître demain.

Dissension entre le maire et le conseil municipal

Le conseil municipal a quant à lui souhaité marquer ses distances vis-à-vis du décret du maire. El Marplatense cite le conseiller Santiago Bonifatti, qui appelle à "mettre en place des outils plus intelligents que l’interdiction" et à "jeter un regard plus ciblé sur la prévention". D’autres critiquent aussi un préjugé sur les événements de musique électronique et leur lien avec la consommation de stupéfiants – pointant par là même la difficulté de définir précisément un tel événement.

L’année dernière, la capitale fédérale Buenos Aires a elle aussi décidé d’interdire "toute activité commerciale qui implique de la musique dance, live ou enregistrée", ce qui avait conduit à l’annulation d’un concert de Kraftwerk. Une décision dont le producteur de l’événement avait fait appel, arguant que l’on ne venait pas voir le quatuor allemand pour danser, obtenant le maintien du concert. Pour autant, l’amendement du gouvernement local est toujours en place.

   À lire également
Argentine : la ville de Buenos Aires interdit le concert de Kraftwerk

À la fin de l’article du El Marplatense, un sondage propose aux lecteurs de répondre par "oui" ou par "non" à cette question : "Pensez-vous que [la décision du maire] réduira la consommation et la vente de stupéfiants ?". Au moment où nous écrivons cet article, 89% des 4831 personnes ayant répondu estiment que non.

DJ Windows XP - I Cried Last Night