Photo en Une : © California Patch


Après le tragique incendie du warehouse "The Ghost Ship" à Oakland au début du mois, les autorités de la ville de Los Angeles ont entamé une répression virulente dans les lieux non autorisés de la Cité des Anges. Premier exemple en date, les déclarations de l'avocat de la municipalité Mike Feuer au LA Times la semaine dernière. Ce dernier expliquait au quotidien qu'une équipe d'inspecteurs spécialisés dans la prévention des incendies avaient visité puis fermé le Purple 33, un spot d'after populaire auprès de la communauté Burning Man. 

   À lire également
À Los Angeles, entre gangs et flics, la scène techno la joue clandestino

Le propriétaire de Purple 33, Donald Cassel, a, dans la foulée, déclaré au LA Weekly qu'il avait ouvert le site après avoir perdu près de 100 000 $ en essayant d'obtenir des licences légitimant l'ouverture d'un site. Il apparaît donc que la difficulté d'obtention d'une licence, dans le but d'ouvrir un lieu permettant à des gens de se rassembler et de profiter de la culture underground, les poussent à créer des lieux de manière illégale.

Un des patio du Purple 33 / DR

De son côté, le Fire Department a déclaré au LA Weekly que Purple 33 avait été incité à cesser ses activités, car il considérait le bâtiment comme un "espace de boîte de nuit non autorisé", ajoutant par le biais de son porte-parole : "Notre inspecteur a constaté des violations dans tout le bâtiment, un bar illégalement construit, une piste de danse et un kiosque de DJ, ainsi qu'un câblage illégal partout, en plus de plusieurs espaces de vie qui n'avaient pas d'autorisation."

Malgré tout, Donald Cassel n'entend pas se laisser abattre et entend bien trouver un nouvel espace. "Je veux le refaire. Je ne suis pas un lâche. Je suis prêt à le faire encore et montrer, je l'espère, qu'il y a encore des possibilités... Je n'essaie pas de cacher quoi que ce soit. J'essaie de faire en sorte que nous puissions établir un précédent pour que d'autres puissent suivre et que le phénomène ne s'étende pas dans toute la ville." Avant d'ajouter : "La raison pour laquelle il y a tant de sites [illégaux], c'est qu'il y a un besoin. Les gens à travers le pays veulent avoir un espace pour eux qui ne soit pas un bar, un club, une église ou une salle de banquet d'hôtel. Ils désirent avoir un espace créatif.Son intention est d'organiser un groupe dont le but sera de faire pression sur la mairie pour encourager des lieux sûrs et légaux pour que ces communautés marginalisés puissent se rassembler à l'avenir.

Ghost Ship ravagé par l'incendie / DR

On peut donc penser que ces actions augurent une longue et difficile bataille entre la communauté underground dance music et les autorités. Comme si cela ne suffisait pas, des utilisateurs du site 4chan ont lancé, le plus souvent anonymement, une campagne pour encourager la délation de ces différents lieux non-déclarés. Les instigateurs y voient ici une occasion "d'écraser la gauche radicale". Avec un post sur la page "Polically Incorect" du site, un utilisateur en particulier appelait à dénoncer les espaces de cultures illégaux aux autorités. 

"Ces lieux sont des foyers ouverts de radicalisme libéral et de dégénérescence et maintenant, VOUS pouvez les arrêter en signalant tous ces endroits", expliquait le post relayé par Thump. "Surveillez-les et suivez-les dans leurs ruches. Infiltrez les cercles sociaux, rendez-vous dans des fêtes, enregistrez des preuves et signalez-les, nous les avons mis en fuite, mais nous devons écraser leurs nids avant de pouvoir se regrouper!"  Un discours clôturé par MAGA, acronyme de "Make America Great Again", le slogan de Donald Trump. Avant de souhaiter à tout le monde "a happy hunting" (une bonne chasse). Depuis, le post a été supprimé. 

Pour mieux comprendre le drame d'Oakland vous pouvez également consulter cet article interactif en 3D réalisé par le New York Times.