Photo en Une : © Laure Chichmanov


En 2009, Mateusz, François Kraft, Donatien Cras de Belleval et une quinzaine de potes fondent leur collectif Cracki. “Dès le lancement, nous avions déjà l'idée du label en tête. Il faut savoir qu’au début, il était plus facile d’inviter des artistes à nos soirées, plutôt que de les signer et de gérer leurs promos, etc.”, confie François. Rapidement rejoints par Alexandre et Sokunthear, les gars de Cracki enchaînent les fêtes sur la capitale. Des évènements couronnés de succès, parfois à la grande surprise de ses organisateurs : “On s’est souvent retrouvés avec les forces de l’ordre sur le dos, mais on s'en est toujours bien sortis”, se souvient Donatien. Cette réussite aidera Cracki à atteindre leur objectif : en 2011, le collectif organisateur de soirées devient enfin un label.

Aujourd’hui, après quelques mouvements au sein de l’équipe (Donatien et François sont toujours présents, accompagnés de Paul à l’évènementiel), la méthode ne change pas. “Lorsque nous découvrons des artistes, c’est toujours assez particulier. Pour les groupes, nous fonctionnons surtout par le réseau, cela reste au sein d’un cercle proche. Alors que pour la musique électronique, nous allons digger davantage sur SoundCloud et Internet. Il n’y a pas de limite. Nous défendons un panel relativement large”, détaille les deux fondateurs.


Avant de se lancer dans une mini-tournée en France, Cracki sort la compilation Mémoire d'Éléphant #02 et investit le Rex pour une soirée spéciale, le 16 décembre, pour son cinquième anniversaire. Après sept ans de teuf entre la Java, des usines en banlieue, le Macki Music Festival, la Machine ou encore le Rex, la bande de Cracki sait où elle va mais n’oublie pas d’où elle vient. Un des labels les plus cool de la capitale se remémore cinq souvenirs marquants.

  • La première fois qu'un morceau de Cracki a été diffusé sur Radio Nova

La première fois que Nova a passé un morceau signé chez Cracki. C'était Midnight Sun d'Isaac Delusion, peu après sa sortie en 2012. On avait organisé un concert d'Isaac Delusion dans un appartement boulevard Voltaire. Giulio de Nova était présent. Il en a parlé aux programmateurs et ces derniers ont rentré le titre en playlist. On a tous reçu un mail nous annonçant la nouvelle, c'était une première reconnaissance.

  • La Cracki Party 2 

Cette soirée restera gravée ! Pour la première fois, nous avions installé toute une scénographie. Notre boulot avait démarré quatre mois à l'avance pour disposer d'un endroit en bonne et due forme. Cela se passait dans une usine désaffectée à Ivry, en septembre 2011, avec Marcelus, Childhood '87, Nadja Chatti, Paulo Reachi, Larcier. Nous ne nous attendions pas à un tel engouement de la part du public : 1 700 personnes s'étaient déplacées pour cet évènement. Il y en avait même certains qui tentaient de passer par le toit de l'usine. Marcelus a fini son set à 8 h du mat dans une ambiance familiale. Typiquement le genre de soirée qui nous a donné envie de continuer.

cracki party
© Victor Duchêne

  • Le Macki Music Festival

Il y a trois ans, nous avons décidé de monter cet ambitieux projet. La mise en place du Macki Music Festival en 2014 a été très difficile et nous a demander beaucoup d'énergie. Désormais, cela fait partie des choses dont nous sommes hyper fiers. On a d'ailleurs très envie de le faire évoluer tout en gardant cette taille humaine qui colle parfaitement à l'identité du festival. La photo ci-dessous met en scène deux amis chargés de marier les gens qui le voulaient dans la chapelle du Macki, en 2015.

macki
© Laure Chichmanov

  • Les Salons d'été à Belleville

Au printemps 2010, nous avons lancé notre premier Salon d'été sous le belvédère du parc de Belleville. L'idée est de ramener du mobilier pour recréer un salon dans la rue. Le tout était accompagné de concerts et d'animations. C'était gratuit et ouvert à tous, à l'image de l'esprit que l'on véhicule : proposer un mélange musical – de la techno et la house à la pop indie – et social.

salon
© Daily Laurel

  • L'Open air de Vincennes

Cela nous tenait à cœur depuis un moment d'organiser un évènement en pleine nature. Ainsi, en septembre 2012, nous avions invité Jared Wilson, la Mamie's, Kicks, L'Impératrice, Luca Eminenti et Larcier pour ce premier open air Cracki au Bois de Vincennes. Une fois plus, cela s'est traduit par un succès. 3 000 personnes ont débarqué dans le parc, aussi bien des jeunes que des parents et leurs enfants. Il y avait des stands de massage, des terrains de volley et de badminton. On a même vendu de la barbe à papa. Puis, la police est intervenue, en pensant tomber sur une grosse rave. Quand ils sont arrivés, il y en a même qui m'a lâché en rigolant : “En fait, c'est une rave barbe à papa ?” En voyant l'état d'esprit qui régnait dans le parc, ils ne nous ont pas mis dehors direct mais nous ont tout simplement demandé de couper le son pour 22 h.

  • BONUS : La Cracki Party 1

En 2010, lors de la première Cracki Party, nous n'avions aucun moyen de garder le matos. Cela se passait aussi dans une usine à Ivry et nous avions dû nous endormir à côté des platines par mesure de sécurité.

usine dodo

Pour fêter le cinquième anniversaire de Cracki Records, rendez-vous au Rex Club, vendredi 16 décembre. Pour prendre vos places, c'est ici que cela se passe.

cracki