Photo en Une : © Lucy Nicholson / Reuters


Une fête techno/house dans une warehouse de la ville d'Oakland en Californie a pris une tournure dramatique lorsqu'un incendie s'y est déclaré dans la nuit de vendredi à samedi. Lors d'un rapide point presse ce dimanche, le sergent Ray Kelly indiquait qu'on ne pouvait pas encore estimer le nombre de personnes qui se trouvaient à l'intérieur du "Ghost Ship" (le “vaisseau fantôme”, le surnom de l'endroit) au moment où les flammes ont ravagé le bâtiment.

Aux platines, on trouvait notamment des artistes du label de Los Angeles 100 % Silk. Le DJ Golden Donna a réussi à échapper aux flammes, mais le label attend toujours des nouvelles de Cherushii (Chelsea Faith Dolan) et Nackt (Johnny Igaz). Dans LA Weekly, Amanda Brown, la cofondatrice du label, explique aussi qu‘“il est incroyablement difficile de trouver des lieux de cette taille pour nos artistes” en Californie. “Il n'y a pas d'infrastructures pour la musique électronique. Ces artistes ont besoin de trouver des endroits pour jouer.”

La communauté artistique touchée 

Selon le New York Times, ce lieu était devenu la résidence d'un collectif d'artistes. L'explosion des loyers dans la région, due au boom des entreprises technologiques, a poussé de nombreuses personnes à chercher des solutions alternatives, comme à Oakland, où les loyers sont plus abordables qu'à San Francisco, parfois au mépris des règles de sécurité.

L'intérieur du Ghostship, entièrement en bois / Nikki Kelber

Une enquête a été ouverte et devra établir si les propriétaires de l'ancien entrepôt et ses occupants possédaient toutes les autorisations nécessaires. Malgré la présence du collectif d'artistes, le bâtiment n'était prévu que pour être un "lieu de travail", a indiqué Libby Schaaf, la maire d'Oakland lors d'une conférence de presse samedi. 

Des recherches difficiles 

Lundi après-midi, le dernier bilan faisait état de 36 morts. Seuls 35 à 40 % du bâtiment ont pu être ratissés et selon la police, il reste sans doute des corps dans les décombres. Les soldats du feu déblayent en effet uniquement à la main par respect pour les victimes. Samedi, la cheffe des pompiers d'Oakland, Teresa Deloach-Reed, avait décrit la véritable gabegie dans laquelle les secours avaient trouvé le lieu, dont l'aménagement bancal a gêné l'intervention. L'accès au premier étage – où se trouvaient vraisemblablement la plupart des victimes – était une "cage d'escalier artisanale" avec des "palettes". Une configuration qui pourrait bien expliquer l'ampleur du drame, les fêtards étant privés d'issues de secours. 

Un des incendies les plus meurtriers de ces 20 dernières années

Dans son point presse de dimanche, le sergent Ray Kelly indiquait : "Nous avons retrouvé et identifié des victimes qui sont mineures. Nous avons des enfants de 17 ans, peut-être moins." Selon la police locale, des personnes provenant d'Asie et d'Europe compteraient parmi les victimes. Pour faciliter leur travail, les autorités demandent aux familles de conserver "dans un sac propre" une brosse à dents ou à cheveux des victimes pour pouvoir comparer l'empreinte génétique et identifier les corps avec certitude. L'incendie d'Oakland est d'ores et déjà l'un des plus meurtriers de ces vingt dernières années aux Etats-Unis.