Samedi 26 novembre, ils étaient plus d’un millier à Paris et entre 600 et 1 000 personnes à Nantes pour manifester contre la mauvaise attitude de la France à l’égard des personnes fuyant des zones de conflit. Début novembre, le démantèlement du campement de Stalingrad, à Paris, où vivaient près de 3 000 migrants, n’a rien arrangé à la situation. Tout comme à Calais, où le “nettoyage” de la Jungle ne l’a pas complètement vidée. 
Face à ce contexte de plus en plus difficile, les acteurs de la nuit réagissent.

À commencer par le crew SP23, composé de fondateurs des mythiques Spiral Tribe, qui, il y a un an, lançait une ONG pour venir en aide aux réfugiés. Depuis octobre 2015, l’association Artists in Action enchaîne les actions solidaires : collectes de denrées et de vêtements, soirées et concerts caritatifs de Paris à Marseille, sorties de compilations de morceaux produits par des artistes engagés.

Les membres d’Artists in Action se sont même rendus aux frontières françaises et italiennes afin d’aider les migrants bloqués. Samedi 26 novembre, le Mas des Lauzières, à Nîmes, accueillait la soirée Techno for Humanity, qui reversait l’argent récolté à l’entrée à deux associations, dont Artists in Action. “Le but est de faire la fête, comme d’habitude, mais en se rendant utile”, explique DJ Bab Mars, membre d’AiA.

   À lire également : 
Quand les Spiral Tribe aident les réfugiés dans la Jungle de Calais

eveillés
Le 4 novembre 2016, 3 500 personnes ont été évacuées du camp de Stalingrad. © Les Éveillés


Les Éveillés
, quant à eux, organisent au Zig Zag, une soirée en soutien aux réfugiés. Le 6 janvier sera la première date d'une longue série. Le but est de proposer des soirées payantes dans des clubs parisiens dont la totalité des bénéfices est reversée à des associations d'aide aux réfugiés. L'entrée au Zig Zag s'élevant à 20,5 euros, le club laisse 100% des entrées (hors bar) aux Éveillés. Cet argent sera ensuite reversé à deux associations : le Collectif parisien de soutien aux exilé-e-s (CPSE), présent sur le terrain pour distribuer de la nourriture, et la Chapelle Debout, davantage politisée. Les DJ's, quant à eux, sont uniquement défrayés pour le transport : “Ils viennent jouer gratos et n'auront pas de dîner offert”, confiait Océane, la fondatrice des Éveillés, lors d'une interview accordée aux Journalopes.
Le choix des artistes du line-up s’est d’abord fait en fonction de nos goûts, confie Lisa des Éveillés. Nous les avons contactés avant tout pour leur travail. Ensuite, ce sont les artistes eux-mêmes qui nous ont présentés à d’autres DJ's.”

eveillés
Les Éveillés débarqueront au Zig Zag le 6 janvier pour une soirée spéciale. © Les Éveillés



À Londres aussi, les artistes se mobilisent. Le groupe Wolf Alice s’associe ainsi avec Help Refugees pour inviter plusieurs artistes autour du deuxième Bands 4 Refugees, au Kamio, à Londres. Au total, cinq évènements lors desquels l’argent de la billetterie (sauf frais de réservations) sera directement reversé à l’association Help Refugees. Le 8 et le 15 décembre, on retrouvera Daphni, Faithless, Jon Hopkins, Shadow Child, Eats Everything, Chase & Status, Rudimental, Sigma et Shy FX à l’Electric Brixton, à l’occasion des Rave For Refugees.

À Paris, le Rosa Bonheur avait déjà organisé une première action lors de la Fête de la gastronomie. “Le 23 septembre, nous avions servi 600 repas, cuisinés par des personnes en insertion professionnelle, dont 200 aux migrants. Ces derniers ont été accueillis dans la guinguette pour participer à l’évènement avec nous”, se souvient Christophe Vix-Gras du Rosa. Et même si les artistes invités aux jeudis du Rosa ne revendiquent pas spécialement un engagement auprès de l’aide aux réfugiés, le Rosa Bonheur a mis en place un point de collecte dans sa guinguette afin de récupérer des denrées alimentaires, en soutien de l’association Utopia 56. Un acte à saluer, sachant que du beau monde risque de passer par le spot des Buttes-Chaumont. Les Jeudis du Rosa accueillent sur plusieurs soirées, à partir du 1er décembre, Arnaud Rebotini, La Mverte, Nadia Ksaiba, Charlotte puis Maxime Iko. N’oubliez pas vos victuailles.

gastro
Le 23 septembre, Rosa Bonheur célébrait la Fête de la gastronomie au parc des Buttes-Chaumont. © Pascal Montary