"Nous sommes infiniment reconnaissant de pouvoir confirmer que nous avons récupérer notre license. Nous devons tout à nos supporters. Nous n'en serions pas là aujourd'hui sans votre inégalable soutien et générosité", écrit l'équipe de l'un des clubs phares de Londres, Fabric, qui s'était vu retirer sa license suite à plusieurs décès par overdose.

   Lire également
Le club Fabric ne rouvrira plus jamais ses portes

Mais cette réouverture ne se fait pas sans certaines conditions – et elles sont draconiennes et nombreuses (38 en tout, inscrites dans un manuel de 155 pages), révèle le journal anglais Islington Gazette. En voici quelques-unes :

- embauche d'un "superviseur local" ("premises supervisor")
- création de postes de chef du "bien-être" ("head of welfare"), chef de la sécurité et ses "capitaines de fouille" ("search captains")
- mise en place d'une équipe dédiée et entrainée pour repérer des signes de vulnérabilité parmi les clubbeurs
- mise en place d'une vidéosurveillance pour repérer toute activité criminelle
- les 250 personnes du staff recevrons un entraînement spécial de sensibilisation à la drogue
- mise en place de scanners de cartes d'identité à l'entrée
- interdiction de rentrer au moins de 19 ans

Rien n'est encore annoncé concernant une date de réouverture prochaine, ni derrière l'exacte explication de cette dernière.