Moby a souvent fait preuve de spontanéité et n'a jamais hésité à faire passer des messages. Preuve en est, son dernier clip sur les dangers des réseaux sociaux et notre addiction peut-être malsaine à ce nouveau phénomène. Militant pour de nombreuses causes, il fut un soutien affiché d'Hilary Clinton durant toute la campagne électorale américaine. 

   Lire aussi
Le Moby nouveau sort un album vegan et militant

L'artiste n'a cessé de louer "l'expérience et l'intelligence" de l'ancienne première dame, et de souligner le côté historique que représenterait l'élection d'une femme à la tête des États-Unis. Son enthousiasme pour Clinton et son dédain absolu à l'égard de Donald Trump ont été illustrés par des chansons satiriques comme "Trump Is On Your Side" et "Little Failure", ou encore son Twitter, foncièrement anti-Trump.

La victoire présidentielle de Trump a donc, comme beaucoup de monde, agacé le producteur. Moby a donc utilisé le site Billboard pour partager ses pensées, et écrire un brûlot virulent à l'égard des partisans de Donald Trump et à l'Amérique en général. Intitulé "What the Fuck Is Wrong With You", le papier risque de faire grincer quelques dents. 

"Amérique, pourquoi as-tu si peur des preuves ?

Tu fumes des cigarettes, croyant naïvement qu'elle ne te tueront pas. Tu manges n'importe quoi, croyant que cela ne te rendra pas malade et obèse. Et maintenant tu as élu Donald Trump.

Les électeurs "chrétiens" et ceux attachés aux valeurs familiales ont en masse contribué à l'élection d'un homme deux fois divorcé qui se vante ouvertement de son infidélité et de commettre des agressions sexuelles. 30% des latinos ont aidé à élire un homme qui les a régulièrement dénigré et a qualifié les mexicains de "violeurs". 45% des femmes ont aidé à élire un homme qui se vante de "saisir les femmes par la chatte" et qui les a qualifié de "truies" et de "crasseuses". La classe moyenne américaine a aidé en masse à élire un homme qui a conduit à peu près la moitié de ses entreprises à la faillite et la perte d'environ un milliard de dollars durant la seule année 1995. Et les cols bleus américains moyen ont aidé en masse à élire un "bébé des fonds de placement" qui a, au fil des ans, hérité de plus de 600 millions de dollars de la part de son père.

Durant tout le processus démocratique, vous avez refusé la présidence d'une femme expérimentée et érudite dont la seule lacune est d'être la victime d'une campagne de diffamation de 30 ans de la part de l'aile droite. Ayant été progressiste toute ma vie, je suis censé être diplomate et compréhensif, mais merde Amérique, qu'est-ce qui cloche chez toi ? Alors je me demande, très tristement, pourquoi suis-je surpris ? C'est la même Amérique qui mange à Burger King et est déconcertée quand elle finit obèse, cancéreuse et mourante. C'est la même Amérique qui pense que l'octroi de soins de santé gratuits et une sécurité sociale pour 20 millions personnes est une sorte de trahison.

Et c'est cette même Amérique qui a maintenant élu un faible d'esprit misogyne et raciste. Un faible d'esprit misogyne et raciste qui a ruiné des entreprises et qui n'a pas de proposition de politique autre que celle de "construire un mur". Je suppose qu'il y aura une froide et amère "schadenfreude" (ndlr : terme allemand signifiant "joie provoquée par le malheur d'autrui") à regarder, pendant les quatre prochaines années, la classe moyenne américaine se réveiller et comprendre que Donald Trump est un escroc incompétent.

Le travail ne reviendra pas dans la "Rust Belt" (ndlr : en opposition à la Sun Belt, la "ceinture de la rouille" est la zone très industrialisée au nord-est des Etats-Unis, elle s'étend de Chicago jusqu'aux côtes atlantiques en passant par Detroit et longe les Grands Lacs ainsi que la frontière canadienne. Elle est aujourd'hui en faillite). Le mur ne sera pas construit. Et Hillary ne sera pas enfermée.

Donald Trump sera mis en accusation, ou finira son mandat avec un taux de popularité à un seul chiffre. Et j'espère que l'Amérique comprendra enfin le fait que les républicains sont tout simplement néfastes. Reagan, Bush Sr. et le reste des républicains ont ruiné l'économie, Bill Clinton et les démocrates l'ont rétablis. George W. Bush et les républicains ont ruiné l'économie encore une fois, Obama et les démocrates l'ont rétablie. Etonnement, les masochistes américains continue de retourner à ce qui est mauvais pour eux, que ce soit pour la nourriture ou les partis politiques.

Et le climat en souffrira. Les quartiers défavorisés souffriront. Les enfants souffriront. Les animaux souffriront. Les décès par armes à feu continueront de monter en flèche. Nous souffrirons. Tout ça parce que les Américains vivent dans ce monde délirant, illusoire et déconnecté dans lequel ils sont incapables de regarder la vérité en face.

Mais voici les faits : la malbouffe vous rend gras et vous tue. Les cigarettes vous donnent le cancer. Et Donald Trump est un raciste et un misogyne qui a coulé d'innombrables entreprises. Il sera le pire président que notre pays ait jamais connu.

Moby"

   Lire aussi
Les DJ's réagissent à la victoire de Donald Trump