par Elsa Fortant


Programmation pointue, éclectique et ambiance intimiste, le MEG s’est taillé une place de choix au sein des grands rassemblements de l’été. Mustapha Terki, son fondateur, a su, dès 1999, déceler le potentiel d’une ville comme Montréal. « À l’époque, à Montréal comme partout, il y avait des free parties, des clubs, mais pas vraiment de festival, explique-t-il. Je voulais créer un espace où l’on voyage, comme Internet. L’idée, c’était de faire circuler le monde des artistes. »

Fort de son expérience de quinze ans au Printemps de Bourges, aux avant-postes de la découverte, le Montréalais d’adoption décide de mettre en avant la scène électronique émergente canadienne et internationale, notamment française. Son credo, « ta playlist de demain, devant toi ». Au fil des ans, le MEG a programmé DJ Gilb’r, rinôçérôse, Tiga, Black Strobe, Richie Hawtin, Justice, Duchess Says, The Hacker, Crystal Castles et bien d’autres. Cette année, on retrouvait Ryan Playground et Robert Robert, Superpoze, La Fine Equipe ou encore Mansfield TYA.

Au Belmont, pour le set de Superpoze

« Il n’y a pas de son montréalais, affirme le programmateur, c’est une attitude, un état d’esprit. » C’est une communauté où les festivals travaillent ensemble tout comme les artistes. Fonkynson, DJ français installé à Montréal, confirme : « Ici, la scène est plus petite mais on ne se tire pas dans les pattes. On se connaît, on se suit, on collabore. Ça crée de belles vagues de beatmakers. Quand des mecs comme Pomo ou Kaytranada ont commencé à faire de la house, ça a mis tout le monde sur le cul. »


  À lire également 
La nouvelle scène électronique de Montréal en cinq artistes

Du côté des officiels, tout le monde se réjouit aussi. « Je salue le projet de MEG Montréal et Evenko qui encouragera les citoyens à investir davantage l'espace public et à découvrir de nouveaux rythmes », a déclaré Denis Coderre, maire de Montréal, dans un communiqué. « Le gouvernement du Québec est heureux de soutenir l'Électro Parade, qui sera une occasion de célébrer tout en mettant en valeur nos talents en musique électronique. Cet événement grand public contribuera à renforcer l'image de notre métropole comme ville d'avant-garde », a expliqué de son côté le ministre responsable de la région de Montréal,  Martin Coiteux.

Déjà en 2015, le MEG et la Techno Parade à Paris avaient collaboré afin de souligner leurs 15 ans respectifs. Alors qu’Agoria était invité dans la métropole québécoise, Locomote, Vilify et Hissy Fit se sont produits lors du défilé parisien. La programmation de l’Electro Parade, elle, reste secrète. Une chose est sûre, avec Evenko le plus gros programmateur indépendant du Canada et le MEG aux commandes, la qualité sera au rendez-vous. On a hâte !