Photo en Une : © Luc de Lagontrie

Lire le premier épisode

Choisir un métier

Brice Coudert

"Après trois mois passés sur le bateau, nous voulions partir pour continuer TWSTED. Mais l’automne arrivait, ce n’était plus pareil. On pouvait peut-être continuer sur le bateau. Nous avons donc développé un nouveau projet, qui aurait une récurrence dans ce lieu : Concrete. Pour la première édition, nous avions peur que les gens ne se déplacent pas. C’était la fin du mois d’octobre, il faisait froid, nous étions loin. En fin de compte, ça a été le feu."

Adrien Betra

"On s’est d’abord dégoté un petit bureau porte des Lilas et Brice nous a bientôt retrouvés. On se débrouillait. Aurélien s’occupait de la logistique et de l’administratif, Brice bookait des artistes et moi, j’activais mes réseaux pour faire connaître l’événement. Tout l’argent que l’on gagnait, on le réinvestissait dans les soirées. Jamais on a eu envie de prendre les bénéfices pour les claquer avec des nanas. Cet argent-là, on voulait qu’il nous permette d’imaginer le futur. C’était simplement l’essence de la fête."

"On voulait juste faire une bonne fête. Tout le monde bossait un peu sur tout, et nous apprenions sur le tas"

Brice Coudert

"J’avais un avantage : j’avais tellement traîné ma bosse dans des fêtes en Europe que je connaissais beaucoup d’artistes personnellement. Je pouvais les convaincre facilement de venir jouer pour nous. Mais j’ai dû aussi jouer un peu de flûte. Face à certains bookeurs, je vendais une expérience que nous n’avions pas. On a réussi à attirer du monde en mettant en avant le fait que nous étions passionnés. Je faisais en sorte de bien faire comprendre à mes interlocuteurs que je connaissais le CV de leurs artistes par cœur, que je savais pourquoi et quand les faire jouer."

concrete weather interview

Aurélien Dubois

"Il y avait 2 000 personnes par événement et ce truc, on voulait en faire notre vie. Moi, j’avais fait le choix de travailler dans le cinéma, mais je ne voulais plus être l'esclave d’une mécanique qui ne me convenait pas. J’ai quitté mon travail pour me consacrer entièrement à Concrete."

Brice Coudert

"À cette époque, de mon côté, je travaillais pour une entreprise qui vendait des projets informatiques. Cela faisait plusieurs années que je faisais la fête de manière intensive et je rêvais de travailler dans cette scène. Mais pendant longtemps, je me suis refusé à franchir le pas : je me disais qu’il était impossible de faire quelque chose à Paris, qu’il s’agissait d’un milieu fermé, que la police était sur le dos de tout le monde. Quand Concrete a commencé à marcher, je jouais sur les deux tableaux : le boulot et la fête. Et un jour, mon patron m’a convoqué. Il m’a demandé quelles étaient ces factures d’artistes que j’imprimais au bureau et ce que je pouvais bien foutre pendant mes heures de travail. Je lui ai tout raconté. On a fini par négocier un licenciement à l’amiable. J’avais peur : je ne savais pas vraiment où j’allais. Mais j’étais aussi très heureux, je pouvais enfin faire ce que je voulais vraiment."

Une petite entreprise

Aurélien Dubois

"Au départ, on gérait notre affaire comme une petite société familiale. Nous travaillions dans une perpétuelle urgence sans prendre rien d’autre en considération que l’ouverture des portes à 6 heures le dimanche matin. On voulait juste faire une bonne fête. Tout le monde bossait un peu sur tout, et nous apprenions sur le tas. Pour développer Concrete, il a fallu se professionnaliser. La vision des événements en tant qu’amateurs et en tant que professionnels sont deux choses qui n’ont absolument rien à voir."

Adrien Betra

"Nous nous sommes ensuite installés dans un espace plus grand, avec un sous-sol, à Stalingrad. On s’est très vite rendu compte qu’il fallait que l’on soit carré à tous les points de vue, et on s’est donc entourés en conséquence. On avait besoin de gens !"

"Dans cet univers, peu importe si l’on sort d’école de commerce, si l’on n’a pour diplôme qu’un CAP en menuiserie ou si l’on sort de prison : ce qui compte, c’est la passion"

Laura Lambert, ancienne assistante de direction chez Concrete

"Je finissais mes études et je cherchais un stage. J’ai débarqué dans un drôle de décor. L’espace était auparavant occupé par des Chinois et d’autres Chinois venaient toquer à la porte parce qu’ils pensaient que les gars étaient encore là. Je croulais un peu sous la paperasse. En fait, je me suis vite rendu compte que j’avais été embauchée pour gérer ça, ce “désordre administratif”. Il a fallu ranger tout ce bazar, organiser, classer."

Souleiman Bouri, ancien chargé de développement chez Concrete

"J’étais en école de commerce et je connaissais Brice de loin : nous avions notamment fait une fête ensemble en Roumanie. Il m’a proposé de venir pour un stage. Le bureau n’était pas très reluisant, nous étions un peu tous les uns sur des autres, mais on bossait. Il fallait tout faire pour que Concrete s’impose."

Pierre-Louis Hirel, ancien chargé de communication chez Concrete

"Je suis tombé sur une annonce sur Facebook pour un stage en communication. Je leur ai écrit un mail à la volée. Brice m’a appelé et m’a demandé d’être le lendemain à 10 heures au bureau. C’est Adrien qui m’a fait passer mon entretien. Il m’a dit de venir derrière son ordinateur et m’a demandé si je savais faire de la mise en page et si je connaissais quelques personnes pour mettre en place des partenariats. Et il a fini par me demander si je pouvais revenir le lendemain. Tout ça a duré à peine deux minutes."

concrete weather interview

Adrien Betra

"Dans cet univers, peu importe si l’on sort d’école de commerce, si l’on n’a pour diplôme qu’un CAP en menuiserie ou si l’on sort de prison : ce qui compte, c’est la passion. Nous, nous voulions travailler avec des gens qui avaient un esprit, qui avaient un truc dans le regard."

Fluctuat Nec Mergitur

Adrien Betra

"Ça n’a pas été simple de s’installer sur cette barge. Nous étions tributaires d’un paquet de gens mal lunés qui nous ont mis des bâtons dans les roues. Des gens ont fait du lobbying contre nous, d’autres ont essayé de nous voler le projet, certains ont voulu nous surtaxer sur l’alcool. Parfois, ça virait à l’absurde. Il y a aussi eu des plaintes anonymes contre nous à propos du bruit. Nous avons dû payer des études d’impact pour établir que l’on ne représentait aucune nuisance pour quiconque."

Pete Vincent

"À nos débuts, on ne devait pas avoir que des copains dans le milieu. On devait déranger. Parce qu’avec Concrete, on coupait l’herbe sous le pied de certaines institutions qui s’encroûtaient et n’étaient pas ravies de nous voir réussir."

concrete weather interview

Aurélien Dubois

"Nous voulions vraiment nous inscrire dans le territoire, nous avons donc rapidement rencontré des élus, des gens de la préfecture, de la région, des associations de préventions et de riverains. Il a fallu faire un travail de pédagogie, en nous mettant en valeur. On a dû définir notre projet, ce que l’on n’avait jamais fait jusque-là. Aussi, afin d’éviter les bâtons dans les roues, on s’est mis en tête d’être irréprochables. J’ai adhéré à des syndicats professionnels, j’ai fait des formations, j’ai passé mon stage de sécurité des spectacles. J’ai encore appris sur le tas."

Souleiman Bouri

"C’était aussi compliqué du point de vue artistique. Brice avait monté la partie booking de Concrete et il fallait trouver des points de chute pour les premiers artistes de l'écurie : Antigone, Cabanne, François X ou Ben Vedren. Mais, à l’époque, sur la scène internationale, Concrete représentait seulement des types qui faisaient des fêtes de manière ponctuelle sur un bateau. Nous n’étions personne. Conséquence : on n’avait jamais de réponse à nos propositions. On souffrait véritablement du fait que le reste de l’Europe considérait encore Paris comme un endroit mort."

Lire le troisième épisode

Article paru dans le Trax #192 du mois de mai. Pour s'abonner, c'est par ici.

Antigone - The Promised Planet