nordik impakt

Les timetables des deux jours sont déjà disponibles. Il y a donc deux scènes le premier soir et une troisième vient s'ajouter le lendemain. On vous laisse vous faire une idée sur cette programmation relativement énervée, histoire de voir à quelle sauce vous allez être mangés.

JOUR 1 

22h00 : Vous débarquez de la navette après une dizaine de minutes de trajet depuis la place Saint-Pierre. Le temps de rassembler l'équipe et les quelques trainards qui se sont fait des amis dans le bus, et on est parti. On va commencer gentiment, si je puis dire, avec le groupe Suuns. Les quatres Montréalais sont certainement l'un des groupes d'indie rock le plus puissant du moment. Leur troisième album, Hold/Still est d'une rare justesse. Naviguant entre rock explosif et sonorités électroniques, Suuns électrise le Hall of Death. Ca démarre bien.

Suuns - Translate

23h00 : Vous avez profité une petite heure de nos cousins du Canada, maintenant on va se la jouer chauvin et continuer avec Möd3rn. L'alliance sacrée entre Electric Rescue, Traumer et Maxime Dangles n'a plus rien à prouver. Le premier est un des piliers de la scène française et possède son propre label, Skryptöm. Le second est une des plus belles surprises de ces derniers mois, notamment avec son hypnotisant titre "Classroom". Et le dernier semble inarrêtable puisqu'il enchaîne les signatures sur des labels comme Bedrock ou Kompakt. On est sur la scène Hall of Fame, et on ne regrette pas d'avoir changé. 

00h00 : Vous avez marché dans un liquide étrange sur le sol. Le moment est peut-être venu d'aller recharger. De toute façon, le live de Möd3rn se termine. Le temps d'aller attraper quelques bières et de parler politique internationale avec un joyeux Caennais, et on est reparti. Après la grosse claque de nos Français, on va retourner sur le Hall of Death, en toute logique. C'est là qu'officie Vandal, co-fondateur du mythique soundsystem anglais Kaotik et inconditionnel fan de reggae et de rave music. Vous pouvez imaginer le tableau final.

Vandal - The Youth of Today

01h00 : Comme on tient à la vie et qu'on a envie de s'économiser un peu, retour au Hall of Fame. On va se poser et se ressourcer un peu avec Popof. Plaisir coupable, qu'on l'apprécie ou non, ce pionnier de la scène électronique underground française et membre du collectif Heretik System, nous a toujours accompagné. C'est finalement avec plaisir qu'on le retrouve, lui qui embrasse maintenant une carrière internationale et se fait plus rare en France. 

Popof - Serenity

02h00 - 03H00 : Cette tranche horaire va poser un énorme dilemme. Choisir entre Sam Paganini ou Angerfist, ce n'est pas une mince affaire. D'un côté nous avons l'Italien, artiste récurent du label Drumcode et adepte d'une techno à la fois mentale et dansante. De l'autre, Angerfist, Hollandais et prêt à distribuer son hardcore de haute volée. Sam Paganini est présent sur la scène techno depuis 20 ans et ne cesse de produire des EPs comme Body to Body ou Black Leather. En parallèle, Angerfist écume les scènes hardcore d'Europe depuis une dizaine d'année, avec à la clé des performances live toujours plus impressionnantes. On laisse votre éclectisme vous guider.

Sam Paganini - Rave

03h00 - 04h30 : Avec son sixième et dernier album All Wet, Mr Oizo est certainement l'un des artistes les plus attendus de cette programmation. Chauds comme la braise, nous attendons Quentin Dupieux de pied ferme. On déboule sur la Hall of Fame pour assister au set délirant de ce personnage aux multiples facettes. Tantôt réalisateur ou producteur électronique, ses travaux partagent un même univers, celui de l'absurde. Certains verront ça comme de la folie, d'autres comme du génie – en vérité, il y a bien les deux. Quoi qu'il en soit, sa prestation ne laissera personne les bras ballants.

Mr Oizo - Flat Beat

4h30 arrive et c'est déjà fini, vous pouvez gentiment retourner vers la navette. Certains prennent même le parti d'y aller en rampant. Pourquoi pas ? On en voudrait plus mais on se dit qu'il faut bien embrayer le lendemain. Une bonne nuit de sommeil s'impose. 

JOUR 2 

Coucou, vous revoilà ! On espère que vous avez été en mesure de prendre un bon petit-déjeuner au réveil. La nuit va être longue et vous n'êtes pas au bout de vos peines. 

21h00 : Étrangement, vous avez choisi d'arriver plus tôt pour ce deuxième et dernier jour. De temps en temps, il ne faut pas écouter la fatigue. Un léger passage au bar et vous filez sur le désormais célèbre Hall of Fame. C'est là que Petit Biscuit officie son set électro. Ce bedroom-producer rouennais de 16 ans s'est fait remarquer suite au succès de son "Sunset Lover". Un univers qui évolue entre sonorités orientales, douceur et poésie, pile ce dont vous aviez besoin. 

22h00 : Là encore, deux univers bien différents s'ouvrent à vous. Sur le Hall of Death, vous pouvez apprécier la violence du Français Carpenter Brut, spécialiste de l'électronique d'inspiration metal et de la culture des 80's. Ça risque de faire mal. Tandis que sur le Wonder Hall, les deux Rennais Abile et Mioshe s'associent pour un b2b varié aux accents techno, house, hip-hop et ethniques. Vous bougez entre les scènes, et finalement, varier les plaisirs, ça fait du bien. 

Carpenter Brut - Turbo Killer

00h00 - 02h00 : Merde, il est déjà minuit ?! Les shows précédents ont très largement permis de patienter jusqu'aux prochains artistes. Vous n'avez pas vu le temps passer. Le pote qui s'est perdu y est aussi pour beaucoup. Vous avancez d'un pas déterminé vers le Hall of Fame, avec la ferme intention d'en profiter un max devant le DJ #1, Dixon. Le cofondateur d'Innervision, avec Âme, est venu représenter l'Allemagne et balancer sa sélection de tracks house et techno sans concessions. On ne le présente plus et on ne s'en lasse jamais. Vous opèrez en même temps un passage par le Hall of Death où DJ Fly & DJ Netik ont pris les commandes. Les deux français sont toujours prompts à nous régaler avec leur bass music qui couvre le hip-hop jusqu'à la drum'n'bass, en passant par la trap et le dubstep. Rappelez-vous que les gars sont "juste" les deux DJs les plus titrés au monde. Quatre platines sur le deck, pour deux fois plus de plaisir. 

DJ Fly & DJ Netik tribute to hip-hop

02h00 - 04h00 : Vous êtes bloqués. Pétrifiés au milieu du Parc des Expositions de Caen, vous ne savez plus où donner de la tête. Ellen Allien a déjà commencé son set depuis 15 minutes. On brûle d'impatience de retrouver notre amie d'Outre-Rhin qui à chaque performance nous prend par la main et nous emmène dans un techno-voyage toujours unique. La patronne du label berlinois BPitch Control est là pour 1h30, mais en face il y a son compatriote Boris Brejcha. L'inventeur de la "high-tech minimal", combinaison de minimal et d'electro, est devenu une célébrité de la musique électronique en l'espace de 10 ans (avec presque un million de likes Facebook). Il va cependant falloir faire un choix. 

Ellen Allien - Turn Off Your Mind

04h00 - 06h00 : Les deux dernières heures sont passées à une vitesse ahurissante. À peine le temps de sympathiser avec des inconnus dans la queue des toilettes et vous êtes déjà devant Louisahhh!!!. La pote américaine de Brodinski privilégie une techno sombre et sexy qui réchauffe très largement le Wonder Hall. On aborde déjà la dernière partie de la soirée. Vous vous consolez en voyant arriver le boss final de la soirée. Ben Klock prend les commandes du Hall of Fame. Le résident du Berghain va, une fois de plus, transcender la foule de sa techno frappante et hypnotique. Autour de vous, les yeux se ferment, les sourires se dessinent au coin des lèvres, ravis. C'est ce qu'on appelle finir en beauté. 

Ben Klock - Subzero

Event Facebook
Billetterie

   Lire également
Notre report du Nördik Impakt 2015