MERCI

C'était la grande première, vous attendiez du monde ?

On s’attendait à avoir une petite troupe de curieux en effet, suite aux nombreux retours sur les réseaux sociaux. Au final, ce fut un beau succès. L’effet de première y était aussi pour beaucoup. La salle était bien bondée pour un jeudi soir et ce jusqu’à la fermeture.

Y avait-il un enjeu particulier ?

L’enjeu, c’était de sortir des sentiers battus des soirées avec de gros headliners et des line-up 100% house/techno, assez courant aux horaires club du Badaboum aussi. Le pari est plutôt réussi puisqu’on a même eu le droit à un titre de Miriam Makeba en plein peak time.

Quelle a été la réaction première du public face à ce rideau ?

Forcément, on a eu pas mal de gens devant la scène qui ont jeté des regards sous le rideau et puis la plupart se sont laissés prendre au jeu en ne se concentrant que sur le son et la danse. Leur manière de danser était bien moins stoïque, moins souvent plantés devant le DJ à l’observer. Ça circulait pas mal dans la salle.

Dans l'ensemble, tu dirais que cette expérience a été appréciée par le public ?

On a eu beaucoup de retours positifs grâce à l’ambiance hyper friendly et le côté nouveau concept. J’ai même entendu des : "Je sais pas qui mixe mais c'est génial." En termes d'âge, c’était assez varié. On avait de jeunes clubbeurs habitués de la salle et d’autres moins, venus pour tester cette nouvelle expérience.

En tant qu'organisateur, cette première fois te donne envie de réitérer l'expérience ?

C’est sûr que ça motive à continuer. On a encore envie de surprendre, d’étonner et de dérouter le public. Ça se vérifiera tous les jeudis avec, à chaque fois, un nouveau guest qui tentera de sortir de ses habitudes.

On se retrouve à la prochaine soirée MERCI ce jeudi 13 octobre avec...