convenanza festival 2016

Le Convenanza est un festival très spécial puisqu'il s'agit d'un rendez-vous au cours duquel le DJ et producteur anglais Andrew Weatherall présente tous ses projets : Weatherall en a initié un total de 13.

Ces 13 présentations sont réparties entre ses deux sets "Music's Not For Everyone" (sa facette en tant que sélecteur éclectique dans l’essentiel de la programmation mensuel de la NTS), les quatre heures de "A Love From Outer Space" (le projet de disco-psychédélique qu'il partage avec Sean Johnston), et les cinq heures de B2B avec Optimo qui ont mis un point final au festival et à sa performance la plus emblématique : le duo qu'il a offert avec Woodleigh Research Facility (avec lequel il avait fait un album et un single en 2015).

La programmation était complétée par trois concerts de Silver Apples, Fumaça Preta et Red Axes, invités d'honneur de cette édition. Ces derniers ont offerts deux sets introductifs ainsi qu’une session haute en couleur avec laquelle ils ont clôturé la journée du jeudi. Journée durant laquelle les deux Israéliens ont aussi délivré une performance en compagnie de la chanteuse Hila Ruach.

convenanza festival 2016

convenanza festival 2016

convenanza festival 2016

convenanza festival 2016

convenanza festival 2016

Pour le reste, la scène fut uniquement occupée par Andrew Weatherall et Nina Walsh, dont le set allait crescendo : en mélangeant appareils électroniques, claviers, notes ponctuelles de guitare et la voix d'Andrew. Ils nous ont charmé progressivement avec un mélange de dub et d'électronique à la texture sombre.

Silver Apples a arraché à Andrew Weatherall le morceau le plus légendaire du festival : ses premiers tracks fondamentaux d'électronique expérimentale, minimaliste, répétitive et psychédélique de la fin des années 60. On s'attendait à un concert bien singulier, mais, étonnement, nous y avons trouvé une version actualisée et imbattable de ses chansons : les mantras linéaires des claviers planants sur des rythmes qui résonnaient avec un magnétisme inouïe et flirtaient avec de la drum'n'bass et des rythmes tribaux.

Cependant, la palme du meilleur concert du week-end a été remportée par Fumaça Preta : la jeune bande de rock psychédélique actuellement établie à Londres, qui combine un rock psychédélique chargé de riffs hard rock, de distorsion fuzz et de basslines punk, avec des éléments arabes et de musique brésilienne. Une combinaison qui sonne irrésistiblement bien dans un disque mais qui atteint toute son intensité en direct. Alors que la foule était déjà submergée et emportée par leur musique, ils ont terminé par un morceau de synthétiseurs acid, qui a fini d’ensorceler le public.

convenanza festival 2016

convenanza festival 2016

convenanza festival 2016

convenanza festival 2016

convenanza festival 2016

Néanmoins, au Convenanza, ce qui compte presque autant que la musique, c'est l'ambiance. À ce festival qui porte à son paroxysme la tendance des festivals « gourmets » dans la cité de Carcassonne, il faut y ajouter des moyens d'accueil exemplaires des 1500 personnes (réduites finalement à quelques 1300 personnes par jour).

Cela fait partie des clés nécessaires pour comprendre l'atmosphère familiale qui transpire de Convenanza. On y rejoint des amis qui se retrouvent là chaque année, des gens qui se rencontrent pendant le festival et au milieu de tout ça, le si charismatique codirecteur Bernie Fabre qui salue tout le monde et remplit son rôle de maître de cérémonie. Mais au fond, pour ces personnes qui se déplacent jusque dans le Sud de la France pour assister à un festival intimiste organisé par Andrew Weatherall, n’est ce pas une certitude de rencontrer des gens sympathiques qui partageront leurs goûts ?

convenanza festival 2016

convenanza festival 2016

convenanza festival 2016

convenanza festival 2016

convenanza festival 2016

convenanza festival 2016