La rentrée du festivalier se fait souvent dans la douleur. Après avoir passé la belle saison à engloutir des pintes avant de frôler la déshydratation en dansant non-stop sous le cagnard, c’est la déprime hivernale. Le retour de l’attente glaciale pour rentrer dans les clubs malgré la prévente, le retour des fumoirs de 5 mètres carrés. Heureusement, les organisateurs de festivals sont bien conscients de cette pathologie chronique : le Transient Festival et le Weather Winter à Paris, le Positive Education à Saint-Etienne, les Nuits électriques à Lille ou l’IMPACT à Marseille, pour ne citer qu’eux, sont autant de thérapies plus ou moins violentes pour refaire le plein.

Modern factory
18.12.2015 Modern Factory @ Chabada (Angers)

Dans la région d’Angers, c’est le collectif Dirty Frenchy qui s’est chargé de nous concocter une cure intensive sur quatre jours avec le Modern Festival. On salue une programmation diversifiée qui privilégie aux têtes d'affiches trop attendues des DJ's ayant chacun un univers propre et un style bien à eux.

   À lire également
Saint-Etienne : le line-up du festival Positive Education est un putain de sans-faute



Les festivités démarrent le jeudi 17 novembre, avec trois soirées gratuites dans le centre-ville présentant la scène locale en une dizaine de live et DJ sets d’artistes d’Angers et de Nantes. On attend notamment avec impatience le live d’Arno Gonzalez et le set de Beaujean, tous deux signés sur le label angevin Timid Records et habitués des soirées Modern.

Après avoir fait un tour à un workshop de DJing et de MAO le vendredi après-midi, direction le Chabada pour une première nuit blanche au rythme de la techno mentale et minimaliste du label Perlon avec Cabanne et Margaret Dygas.

Margaret Dygas - That Oops

Le samedi 19 sera l’occasion d’aller voir l’installation sonore Les Mécaniques poétiques d’Ez3kiel à la Collégiale Saint-Martin, avant de rejoindre le parc des expositions pour une soirée plus house, avec Josh Wink, S3A et un live de Point G. Le duo Octave One, qui apportera à coup sûr la bonne vibe de Detroit et Dominik Eulberg, l’un des représentants en chef de la minimal allemande, viennent compléter le plateau.

Dernier rendez-vous le dimanche au Bar du Quai avec le très groovy Dave Aju et son compère Marc Schneider. Une soirée ensoleillée pour clôturer en douceur ce festival hivernal qui semble d'ores et déjà promis à un bel avenir.

Dave Aju - Away Away

modern festival

Event Facebook
Billetterie