Le Pikip Solar Speakers aurait pu être une initiative de plus dans la démarche de sensibilisation à l'écologie de la société. Mais il n'en est rien. Plutôt que de suggérer, le Pikip offre une solution toute trouvée aux enjeux de consommation d'énergie en festival. Entièrement alimenté à l'énergie solaire, il dispose d'une batterie rechargeable, et d'un système optimisé pour consommer le moins possible. Totalement viable et opérationnel, nous l'avons vu à l'oeuvre et nous ne pouvons qu'approuver cette trouvaille du futur. 

Et c'est avec beaucoup d'engouement que Julien Feuillet présente son invention. Commençons par les caissons. "Ils remontent aux années 50, affirme l'ingénieur. Ils sonorisaient les premiers théâtres et cinémas à une époque où l'on bénéficiait de très peu d'énergie. Ils consomment donc très peu, ce qui permet au projet d'être viable. Cela n'aurait pas fonctionné avec des enceintes du marché parce qu'elles vibrent énormément : elles gâchent de l'énergie." 

pikip solaire

Mais ce n'est pas parce que ces caissons sont datés qu'ils ne balancent pas un son de qualité. "L'acoustique était l'objectif primordial", affirme Julien. Avec la volonté de s'approcher d'un matériel de studio, l'ingénieur s'est entouré d'acousticiens pour optimiser encore une fois le rendement de son sound-system. "On est sur de très gros volumes d'airs déplacés, poursuit-il. Nous avons fait une caisse volumineuse pour déplacer un maximum d'air sur un seul impact de la membrane – c'est ce qui nous permet de sortir des décibels élevés avec très peu d'énergie."

Résumons : le Pikip est équipé d'un système sonore très économe en énergie mais pas en qualité sonore. Et pour l'avoir entendu cracher ses vibrations, on ne peut qu'adhérer. Les enceintes des aigus placés en hauteur permettent une belle propagation, tandis que les caissons de basse au sol déferlent des vibrations digne d'un très beau festival. Au niveau de la qualité, Julien n'avait pas menti : le son est clair, précis. On n'avait pas entendu ça depuis un moment.

Mais ce qui fait du Pikip Solar System un objet incontournable de ces prochaines années, c'est son alimentation 100 % solaire. "Il n'était pas question de faire du greenwashing et de se brancher au nucléaire derrière."

Pour Julien Feuillet, le Pikip est la rencontre entre une de ses passions et la voie professionnelle qu'il a choisi d'emprunter : "J'ai beaucoup de potes DJ's et je fais la teuf depuis que j'ai l'âge de danser. Mais je suis aussi ingénieur en énergies nouvelles. Dans l'esprit de la fête diurne, celle qu'on aime, ça me paraissait vraiment cohérent d'intégrer de l'énergie solaire."

Et c'est grâce à un panneau dernier cri, qui capte un maximum d'énergie solaire, que le projet a pu voir le jour. "En plein soleil, le panneau peut prendre 350 watts de charge." Pour charger le sound-system, il suffit donc de le mettre au soleil une bonne heure – ou plus selon la météo. L'énergie est ensuite stockée dans une batterie utilisable à tout moment. "L'idée était de pouvoir tenir toute la nuit jusqu'à ce que le soleil reprenne le relais, développe l'ingénieur. Aujourd'hui, on peut tenir une journée et une nuit avec deux platines vinyles, deux CDJ, une table de mixage, un ordinateur en charge et le son qui tape." 

pikip solaire

Avec le Pikip, on n'est donc pas sur un sound-system alimenté par un groupe électrogène solaire, mais sur un produit tout-en-un. Il capte l'énergie, la stocke et la redistribue sur les différents matériels connectés à son générateur. Platines, tables, sono, lumières... Tous les composants d'une bonne nuit dancefloor peuvent être directement branchés au Pikip. C'est l'esprit "plug and play".

"L'idée était d'être mobile et spontané pour pouvoir investir des lieux dans lesquels tu n'as pas forcément d'énergie. Tu arrives avec le Pikip, tu t'y branches et tu pose un set – quitte à partir vite si les flics arrive."

pikip solaire

Comme si la démarche n'était pas déjà assez louable, Julien n'a fait appel qu'aux savoir-faire locaux pour mettre au point son invention. Il s'est entouré d'un ami designer, d'acousticiens parisiens et d'un artisan de Pantin. De même pour les matériaux, tous issus de notre bon cru français.

Aujourd'hui, Julien Feuillet travaille à l'élaboration d'une gamme de Pikip Solar Speakers avec des déclinaisons de tailles et de puissances. Son souhait serait de voir de plus en plus d'organisateurs s'intéresser à son produit pour démarrer une révolution verte dans le monde des festivals. Aujourd'hui, il est difficile de mesurer l'empreinte que nos événements festifs laissent sur l'environnement. Déchets et pollution sont évidemment leur côté sombre, celui qu'on ne voit pas une fois que nous avons quitté les lieux. Avec le Pikip Solar Speakers, une véritable alternative s'offre aux producteurs d'événements. Et à voir le nombre d'initiatives vertes qui naissent dans la musique électronique, il y a fort à parier qu'on retrouvera bientôt ce sound-system propre et qualitatif dans de nombreux événements français.