«En Bretagne, des free, il y en a et il y en aura toujours. Donc autant que ça se fasse dans la coopération », explique Vincent Tanguy, 35 ans, membre de l'association finistérienne Arts et Culture. L'asso rassemble plusieurs soundsystems du département et organise des événements légaux depuis 2012. Le prochain se tiendra avec l'accord de la préfecture les 10 et 11 septembre prochain sur la commune de Guiscriff, avec un dispositif pouvant accueillir 5 000 personnes.

En manque de lieux, le collectif a finalement trouvé un terrain de 15 hectares dans le département voisin du Morbihan (d'où le nom de la soirée 29 Invaders) après avoir posté une annonce sur Leboncoin. Comment l'élu de la commune, qui n'a pas son mot à dire sur l'autorisation préfectorale, a-t-il appréhendé cette « invasion » ? « Sans être ravi pour autant, il a plutôt bien réagi au fait qu'on arrive avec une autorisation et qu'il puisse nous rencontrer. Dans notre région, les maires ont plutôt l’habitude des rassemblements illégaux.»

   À lire également
Etheral Decibel, qui sont ces diplomates de la rave implantés en Bretagne?

Arts et Culture a un accord oral avec la préfecture pour ne pas investir plusieurs fois la même commune. « Ça permet de découvrir différents territoires et de rencontrer leur population. Même si il y a souvent un lever de bouclier des locaux avant la manifestation, ça se passe généralement bien ». Une réunion publique entre les organisateurs et les élus est prévue dans la salle des fêtes de Guiscriff mercredi avant l'événement .« On commence à rentrer dans les mœurs, les gens se rendent compte que nous sommes leurs voisins, parfois leurs enfants. »

Un passage de flambeau entre générations

Le collectif organise d'habitude le Multison 29, un rendez-vous annuel qui a pour but de « démystifier ces nouvelles pratiques festives » et qui rassemble entre 8 000 et 15 000 teufeurs sur un week-end. Cette année, l'association a fait le choix de se limiter à un soir et à une moins grosse affluence afin d'entamer un passage de flambeau au sein de l'association. « On veut initier la nouvelle génération au travail administratif et au dialogue institutionnel en partant sur de bonnes bases. »

Une dizaine de soundsystems seront répartis autour de 4 scènes (une scène trance, une scène techno, une scène hardcore et un chill-out). La donation minimum est de 5 € et l'entrée est gratuite pour le voisinage proche. L’événement est entièrement autofinancé et vise à soutenir plusieurs soundsystems qui ont reçu des amendes. Plus d'infos sur Facebook.