Dimanche, 9 heures du matin. Plus de 2 000 voitures et camions tunés passent à travers le barrage de gendarmerie d'Alès qui n'aura su faire faiblir la détermination des teufeurs. Certains ont attendu toute la nuit pour pouvoir s'élancer sur les chemins sinueux des Cévennes, côté Montpellier.

C'est à Portes, sur le site d'une ancienne mine découverte, en plein cœur du Parc national des Cévennes, que la free party va prendre forme. Elle naît des mains d'un collectif formé de trois soundsystems : la Goache Family, Sono Pirate Unit et Tourista Débandade. La fête s'installe rapidement et l'ambiance monte très vite. Sur le site, on ne sait pas trop quand elle s'achèvera. Certains disent mardi, d'autres jeudi – une chose est sûre : elle durera plusieurs jours.

Il n'en fallait pas plus pour affoler la presse locale, comme Midi Libre, qui n'hésite pas à sortir les grands mots en parlant d'"un teknival qui pourrait durer quatre jours". Plus bas Midi Libre nous apporte plus d'informations en présentant Rémy, un des participants à la rave. Croisé sur le chemin menant au point d'eau le plus proche – à 12 kilomètres de la teuf –, le jeune raveur confie aux journalistes qu'il rentrera bientôt chez lui, faute de source d'eau accessible.

En free party, il faut toujours prévoir. Selon les autorités, le vrai problème,, c'est le risque d'incendie très important dans la région à cette période. Le 18 juillet dernier, 630 hectares de forêt partaient en fumée dans le Var ; l'année dernière, une centaine également dans les Cévennes. Une cellule de crise réunissant pompiers, gendarmes et préfecture s'est donc installée à la mairie de La-Grand-Combe, dans le but d'assurer la sécurité autour de cet événement. 

Quoi qu'il en soit, l'ambiance n'a pas encore généré d'accidents. L'événement s'est achevé aujourd'hui, aux alentours de 16 heures.