Si la différence entre le MP3 96 kbps (kilobits par seconde) et le WAV est frappante sur quasiment tous les systèmes d'écoute, la réponse est moins évidente entre, grossièrement dit, la qualité standard (le CD) et la "HD supérieure" que peuvent aujourd'hui proposer certaines plateformes de streaming. Dans ce contexte, des chercheurs ont voulu démontrer avec une étude, menée par l'université londonienne Queen Mary, que la plupart des gens sont capables de distinguer la différence entre un son standard (soit une qualité CD 44,1 kHz, 16 bits) et un son en qualité supérieure à un CD 48 kHz, type DVD-audio. 

Les scientifiques ont comparé plus de 12 000 tests venant de 18 autres études aux méthodes sensiblement différentes les unes des autres. Avec les yeux bandés pour certains, à l'aide d'écouteurs ou casques audio pour d'autres, les personnes interrogées ont dû différencier des morceaux de jazz et de musique classique diffusés dans divers formats audio. Résultat, ils ont distingué les morceaux de qualité standard de ceux d'une résolution supérieure.

En juin 2015 pourtant, la National Public Radio (NPR) américaine avait lancé un quiz (toujours en ligne, si vous voulez le passer) dans lequel il s'agissait d'identifier les différentes qualités d'un même extrait sonore. Un test raté par 80% des participants. Un chiffre qui colle surtout à la réalité d'un public maigrement équipé en matière audio (comment espérer passer ce test avec d'ignobles écouteurs pour téléphone ?).

   A lire également
Vous êtes ce que vous écoutez, et cette étude vient le prouver

"Les puristes et l'industrie de la musique devraient se réjouir de ces résultats : notre étude conclut que l'audio en haute résolution a un petit mais important avantage dans sa qualité de reproduction sonore par rapport au contenu audio standard", soutient tout de même le docteur Joshua Reiss au site Digital Music News.

Membre du Centre pour la musique digitale à l'École de l'ingénierie électronique et la science de l'ordinateur, il justifie cette étude par l'obsession de l'industrie de la musique pour la qualité des fichiers audio. À savoir, si la très haute résolution sonore est bien nécessaire et si celle-ci ferait une différence auprès des consommateurs. 

   A lire également
Pourquoi le bass drop procure-t-il autant de plaisir ?

Il explique : "Notre étude est la première tentative de regard approfondi et impartial sur la question. Nous avons recueilli 80 publications et analysé toutes les données disponibles, allant même jusqu'à demander aux auteurs d'études antérieures de nous fournir leurs rapports. [...] Le résultat était clair, et on a pu cibler les conditions qui le démontraient le plus efficacement. Maintenant, on peut aller de l’avant et identifier comment et pourquoi nous percevons ces différences."

L'étude valide notamment l'intérêt des plateformes payantes comme Qobuz ou Tidal, qui diffusent des morceaux de musique non compressés. À son lancement, le site Tidal avait pourtant été reçu avec beaucoup de scepticisme.