Photo en Une : Ivan Šardi

Outlook, Dimensions, The Garden, Hideout, Soundwave, Electric Elephant, Love International, Stop Making Sense… la liste des grands-messes techno qui s’expatrient en Croatie s’allonge chaque année. En 2016, c’est Tisno qui régale, lieu de pèlerinage votif à Notre-Dame-de-Caravaggio, elle a immergé sa paroisse les pieds dans l’eau dans le domaine du Garden Resort et confié les clés de son autel aux programmateurs du Movement avec un line up impressionnant : Nina Kraviz, Sven Väth, Marcel Dettmann, Solomun, Tania Vulcano ou encore Ben Klock.

Movement Festival

Deux spots abritent l'évènement : le Garden Resort, qui accueille les Beach, Olive Grove et Main stages de 14h à 2h et auquel est amarré l’Argonaughty pour les boat parties ; puis le Barbarella’s club, une discothèque en plein air qui prend la suite jusqu’au petit matin.

Le hic, les taxis obligatoires le premier soir (aux prix parisiens) puis les navettes payantes avec 25 minutes de route à avaler avant de replonger en soirée. Pas toujours l’idéal.

Du premier set électrique de Nina Kraviz aux après-midis chill sur la plage de galets fins en passant par le simple mais superbe snack frais (mention spéciale au wrap de thon frais, une dinguerie), toutes les conditions étaient réunies pour se plonger gentiment dans le Funktion One de la scène Beach et les installations visuelles de la Main Stage.

Movement Festival

Dommage cependant que l’Olive Grove reste fermée pour la quasi-totalité du festival sans information aux festivaliers, pour la majorité croates et fans de Solomun, assortis d’Italiens, Allemands, Hollandais et quelques Français.

Floorplan pour garder le sable au chaud

Niveau soulful spirit (on ne se refait pas), mention spéciale au set old school de Floorplan, qui apporte ce qu’il faut de bonne house pour se rappeler d’où vient la came même depuis les confins dalmates. Funk, gospel, soul, deep, le mix est rafraîchissant pour se mettre en jambes avant d’affronter une longue nuit de BPM.

   À lire également
Dekmantel lance un nouveau festival colossal en Croatie : Selectors

Au-delà du lieu préservé et du line-up d’exception qui cristallisait les attentes, on aurait aimé un peu plus d’âme sur place, d’animations sur ce si beau terrain de jeu (notamment sur les premiers soirs, peu remplis), mais aussi de promotion des partenaires et de Movement (stands, goodies…) histoire de ramener un petit souvenir.

Movement Festival

Si l’on reste un peu sur notre faim pour ce premier essai pas tout à fait transformé, on salue la simplicité de l’ambiance, la proximité rare avec les artistes, les bonnes ondes du public croate et l’accueil de l’équipe qu’on aura plaisir, on l’espère, à retrouver pour l’édition 2017.