Article et montage photo par Austin Gebbia. Il compte bien voter The Black Madonna aux prochaines élections présidentielles des États-Unis, et vous pouvez le suivre sur Twitter.

1. Il veut nous prendre nos drogues

« Je stopperai le déversement des drogues au sein de nos communautés. » (source)

Donald, tu peux nous déshabiller de nos droits et diviser la nation. Tu peux te vanter de la taille de tes mains, t'amuser des handicapés, et te moquer des vétérans de guerre. Tu peux laisser ta femme plagier les discours de Michelle Obama et mentir ouvertement au public pour propager la haine et la peur. Tu peux affirmer que ta couleur de peau est naturelle et tu peux nous faire croire que tes cheveux ne sont pas qu'une gigantesque amarante collée à ton scalp. Ce que tu ne peux pas faire – ce que la solide communauté des clubbeurs ne tolérera pas – c'est que tu déconnes avec nos drogues. Tu devras venir chercher la cocaïne dans nos mains mortes et froides.

   A lire également
La DJ The Black Madonna honorée dans un documentaire-portrait

2. Il veut construire un mur – ce qui rendra l'accès aux festivals mexicains encore plus dur

« Je construirai un grand mur, un très grand mur, le long de la frontière du sud et je ferai payer le Mexique pour ce mur. » (source)

Donald Trump parle des minorités et des immigrants de la même manière dont je parle de mes amis qui vont toujours au festival EDC. Si son abominable plan de construire une séparation entre les deux pays aboutit, on est fait comme des rats. Le mur entraverait sérieusement les allers-retours jusqu'à nos festivals favoris. Le doux voyage de chaque janvier jusqu'au Mexique pour BPMle célèbre festival de Playa Del Carmen où l'on mange une quantité inconcevable de tacos et de cochonneries au milieu de ruines mayas – deviendrait considérablement plus dur.

3. Il veut interdire l'avortement – dites bonjour à la génération des bébés DJ's pourris gâtés

« Je suis pour la vie, je déteste le concept d'avortement. Il doit y avoir des formes de châtiment. » (source)

Les conservateurs pensent que la vie commence à la conception, alors que les raveurs pensent que la vie commence à la première inhalation d'air frais à la sortie d'un club. Les nuances des vues de Trump sur l'avortement changent au fil des ans, mais il reste fermement contre ; en mars de cette année, il a même affirmé qu'il rendrait l'avortement illégal et qu'il punirait les femmes qui subiraient le traitement médical. (Il a cependant ajouté que les pères des bébés, eux, en seraient exemptés). Si Donald décide de voter une loi qui punit les femmes pour leur droit de choisir, le futur sera fourni en bébé-DJ's pourris gâtés. (...) Une fois adultes, les bébés DJ's grandiraient comme Eric Trump, le fils de Donald – le genre de mec qu'il est facile d'imaginer en train de couper la file d'attente avec un groupe de quatre hommes, en braillant au portier : « Mon père est un des investisseurs ici. »

4. Il veut arrêter de financer l'exploration de l'espace – quid du Space Miami ?

« En ce moment, nous avons de plus gros problèmes – vous comprenez ça ? Nous devons réparer nos nids-de-poule. Vous savez, nous n'avons pas vraiment beaucoup d'argent.» (source)

Pepe Rosello et Carl Cox ont choisi de partir du Space Ibiza une fois que la saison sera terminée. Ce qui nous laisse seulement le Space Miami (qui n'a pas d'affiliation avec le Space Ibiza), un club qui existe depuis les jours préhistoriques où les ptérodactyles vagabondaient autour de la Terre. Mais ce sont les recoins les plus sombres du Space Miami qui méritent encore d'être sagement examinés. C'est comme les eaux profondes : on ne sait pas vraiment ce qui y rôde, et y rester trop longtemps présente des risques d'altérer le pronostic vital. Les scientifiques n'ont toujours pas la technologie et les équipements adaptés pour explorer l'endroit de manière adéquate et sécurisée. Avec Donald au gouvernail du pays, on devra apprécier les nombreuses heures passées sur la terrasse de chaque Miami Music Week, à nos risques et périls.

   À lire également
The Black Madonna : L'interview en anglais pour Trax Magazine