C'est sûrement l'une des plus grosses vagues de l'été dans l'industrie musicale. La branche britannique de la deuxième major de la planète, Sony Music Entertainment, vient de racheter le label anglais indépendant Ministry of Sound Recordings. Cette acquisition comprend tous les droits sur le catalogue du label, sur ses artistes, ainsi que sur ses fameuses compilations.

Le directeur général du groupe a déclaré dans un communiqué que «Ministry of Sound Recordings a connu l'année la plus réussie de son histoire en 2015. [...] Je suis ravis que nous ayons trouvé le bon endroit pour faire grandir Ministry Of Sound Recordings à un niveau global tout en préservant son identité unique » a déclaré ce même Lohan Presence. «Sony a l'ampleur et la force de projeter nos artistes et notre musique sur une plateforme encore plus large. »

De l'underground anglais au mainstream

L'histoire du Ministry of Sound commence au sud de Londres en 1991 avec un club – toujours ouvert aujourd'hui – fondé par le DJ Justin Berkmann et son pote James Palumbo (multimillionnaire récemment devenu lord anglais, soit dit en passant). Étendu en label en 1993, Ministry of Sound est devenu l'un des plus gros succès commerciaux de l'industrie de la dance music. Depuis son lancement, Ministry of Sound Recordings représente plus de 70 millions d'albums vendus, ce qui en fait l'un des labels de musique indépendants les plus rentables.

   A lire également
Les 25 meilleurs clubs de l'histoire de la dance music

Au fil de son histoire le label a participé à la promotion de plusieurs sous-genres de la dance music anglaise à une échelle plus grand public, à travers de nombreuses compilations. Ministry of Sound Recordings a aussi lancé la carrière d'artistes internationaux comme Eric Prydz et s'est récemment concentré autour des artistes anglais London Grammar, DJ Fresh et Sigala.

Sony Music toujours plus gros

Sony et Ministry of Sound Recordings avaient déjà entamé un rapprochement ces dernières années, la dernière illustration en date étant la signature d'une contrat de plusieurs millions de dollars liant Sigala et Sony en dehors des marchés britanniques et australiens.

Le PDG de Sony Music Entertainment a déclaré que ce rachat représentait « une étape importante dans la stratégie de développement du groupe ». C'est la deuxième grosse acquisition de l'année pour Sony Music UK qui avait déjà acheté un autre gros label indépendant européen en Mars, Essential Music & Marketing. Le chiffre d'affaire et les ventes musicales du deuxième plus gros poisson de l'industrie musicale étaient à la hausse l'année dernière, et ce en partie grâce aux revenus générés par le streaming, comme l'expliquait Sony dans son dernier rapport trimestriel 2015.