Photo en Une : Rémy Golinelli

Selon l'étude australienne "If you’re happy and you know it: Music engagement and subjective wellbeing", les personnes participant régulièrement à des événements musicaux et/ou faisant de la danse en communauté auraient un indicateur de bien-être plus élevé, mesuré sur une échelle de 1 à 10. De même que les chanteurs ou musiciens, s'ils forment un groupe, seraient plus heureux que les artistes en solo. 

Les chercheurs Melissa K. Weinberg et Dawn Joseph (université de Deakin), soulignent ainsi l'importance de vivre la musique de façon collective, pour améliorer son auto-satisfaction dans les domaines de la santé, des relations sociales et de la réussite personnelle. Que ce soit en pratiquant la danse de salon, en traînant dans les clubs ou en se rendant à un festival. 

   A lire également
Vous êtes ce que vous écoutez, et cette étude vient le prouver

Seul bémol, le bien-être serait souvent proportionnel au niveau de vie. Une corrélation qui pourrait s'expliquer par le prix des festivals, généralement assez élevés et que seuls les plus aisés peuvent s'offrir régulièrement.

Publiée le 29 juillet par le journal Psychology of Musicl'étude a été menée en 2014 par téléphone sur un échantillon de 1 000 Australiens âgés en moyenne de 56 ans. D'abord, les chercheurs ont déterminé leur "engagement" musical. Par "engagement", il faut comprendre l'investissement personnel de ces personnes dans la musique à travers l'écoute de la musique, le chant ou encore la maîtrise d'un instrument. Il leur a ensuite été demandé s'ils pratiquaient ces activités seuls ou non. 

   A lire également
Selon des chercheurs la musique nous rendrait plus sympas

Le site Pacific Standards relativise tout de même les résultats de cette étude en soulignant le fait que les gens se sentant bien dans leurs vies auront d'avantage l'occasion de sortir avec des amis, de l'entourage, pour écouter un concert ou danser. Selon lui, l'étude expliquerait pourquoi à l'ère du numérique, "où toute musique est accessible en quelques clics et depuis chez soi, les gens se réunissent toujours pour expérimenter la musique".