Plongeon dans le passé


Progressivement déserté par les industriels et les classes moyennes qui vont suivre les usines pour s'installer dans les banlieues, le Bronx devient dans les 70's terre de violence et d'hostilité sur fond de trafics de drogues, vols et règlements de comptes. Au milieu de cette fresque, en 1977, un groupe d'amis désorientés et livrés à leur sort se retrouvent autour de passions communes : la musique et la danse, lors d'une période marquée par l'épuisement du disco et l'avènement du hip-hop.

En effet, les sons mielleux des synthétiseurs qui berceront les danseurs sous les boules à facettes finiront par laisser place au rap, au breakdance et au graffiti, en l'espace d'une décennie. Une nouvelle culture portée par l'art du turntablism, technique inventée par DJ Kool Herc consistant à créer une nouvelle musique à partir des passages les plus rythmés de deux disques, et la présence des MCs, façonnent une jeunesse en quête de justice au sein d'une Amérique plongée dans la stigmatisation des minorités.

Toutefois, le réalisateur Buz Luhrmann insiste sur le fait que l'histoire ne porte pas uniquement sur le hip-hop et souligne les difficultés de la vie new-yorkaise, ville au bord de la faillite. « On raconte la ville par l'oeil des jeunes. Bien sûr que ces rues sont dangereuses, mais on ne cherche pas à les regarder d'un autre point de vue que celui des gosses », déclare-t-il.

   À lire également
Game of Thrones : Teki Latex a commenté toute la dernière saison sur Facebook

New-York contée par des pionniers

Qui de mieux placé que Nas et Grandmaster Flash pour participer à la production d'une œuvre cinématographique retraçant le contexte dans lequel ils ont évolué ? L'auteur de The Message explique d'ailleurs dans une brève interview accordée à Netflix qu'il a lui-même guidé Mamadou Athie, acteur qui interprétera son personnage, dans la pratique du mix.

De son côté, Nas n'en est pas à son premier contact avec le monde du cinéma. Co-scénariste du film Hope sorti en 1998, le rappeur a aussi enchaîné des rôles plus ou moins importants dans des œuvres comme In Too Deep (1999) ou Black Nativity (2013), pour finalement être au cœur de son biopic réalisé par Erik Parker en 2014. Dans The Get Down, Nas est la plume du personnage principal, Ezekiel « Books » Figuero (interprété par Justice Smith), mais aussi l'un des producteurs associés de la série, avec une équipe de consultants composées des illustres Kool Herc et Kurtis Blow, de Rahiem, membre du groupe The Furious Five, et donc de Grandmaster Flash, leur DJ.

Une équipe qui gagne

Habitué des tapis rouges, Baz Luhrmann a d'ores et déjà prouvé sa notoriété dans la sphère du septième art avec Strictly Ballroom (1992), Romeo + Juliet (1996), Moulin Rouge (2001), Australia (2008) et The Great Gatsby (2013). Rien de surprenant, donc, à le voir s'entourer de l'écrivain et critique Nelson George, des scénaristes Stephen Adly Guirguis (sacré en 2015 d'un prix Pulitzer) et Seth Svi Rosenfeld, de Aaron Rahsaan Thomas (Friday Night Lights), Radha Blank (Empire), Thomas Kelly (Blue Bloods), Sam Bromell, ainsi que Jacqueline Rivera.

Si le trailer semble avoir des allures de comédie musicale, un genre plus prisé outre-Atlantique, les garanties ont l'air solides autant du côté de la production que du casting, qui regroupe, entre autres, Jaden Smith, progéniture de celui qui incarnait le Prince de Bel Air, Shameik Moore (Dope), Giancarlo Esposito (Breaking Bad), Jimmy Smits (Sons of Anarchy) et Skylan Brooks (The Inevitable Defeat of Mister & Pete).

Rendez-vous le 12 août prochain sur Netflix pour la livraison des six premiers épisodes de la première saison.