Il paraît que l'été, Paris se vide, alors The Boo et son fidèle acolyte Ministre X, fondateurs du collectif et label de la capitale ClekClekBoom, ont pris la route des vacances. Direction le Sud et plus précisément Arles, où se dresse, du 2 juillet au 28 août, un rooftop estival polyvalent et surtout musical. 

Perché sur le toit du parking des Lices et en libre accès de midi à 22h, l'Estello, c'est ambiance rosé la semaine, concours de pétanque le samedi et des après-midi dominicales intitulées Club Culture. L'inauguration de la première Club Culture s'est déroulée le 24 juillet dernier en présence du jeune label montpelliérain Monstart associé au projet Estello et ses prometteurs BlackHouse et OUANOUNOU dans un DJ set "house, boogie et electronic". Pour les prochaines, la liste des guests reste encore à définir, mais il semblerait que le duo de ClekClekBoom ne soit jamais très loin.

   A lire également 
ClekClekBoom fait sa rentrée, voici la nouvelle compile

Tout le reste de la semaine aux platines, The Boo et Ministre X (dont le label a révélé la dream team Bambounou, French Fries alias Valentino Mora et Manaré) dévoilent leur nouveau projet Planet Claire en association avec Victor Lech. "C'est un genre de laboratoire expérimental sur la culture, la musique et la société", explique Jonathan Chaoul, qui se cache derrière le pseudo Ministre X. Plutôt évasif sur le sujet, il évoque tout de même la production de documentaires ou de disques à venir. 
A écouter, un aperçu de l'efficace alliance entre les deux copains parisiens.

Ateliers de cuisine, expositions d'artistes internationaux comme l'Italien Turi Calafato, ou même cours de yoga, les organisateurs ne sont pas avares d'idées pour vous faire passer un bon moment. Un nouveau rendez-vous hebdomadaire ciné-musique nommé Æsthetica vient d'ailleurs tout juste de faire son entrée dans la programmation.

La déco, tout en palettes, donne au lieu des allures de festival comme on en voit beaucoup fleurir. Et pour cause, l'homme derrière la scénographie n'est autre que Florent d'Heilly, qui s'occupe entre autres de celle de We Love Green et du Pitchfork Music Festival. 

Si ce rendez-vous ensoleillé a vu le jour, c'est aussi grâce à Alexandre Arnal, chef du restaurant local L'Ouvre-boîte. Il tient les fourneaux avec une carte nippo-camarguaise de type "finger food""C'est grave chill !", s'écrie Jonathan Chaoul tout en décrivant la vue à 360° sur la ville qu'offre l'endroit. Mais pas trop non plus. "On est quand même là pour passer du son (fort certes, mais doux) et danser. D'autant plus que notre sound-system est vraiment bien", insiste-t-il. En bref, l'Estrello c'est la communion entre apéros à la provençale et dancefloor soul et black music de qualité. Et l'expérience devrait se prolonger l'année prochaine.