D'emblée, le Dekmantel annonce la couleur. La soirée d'ouverture du festival hollandais, le 4 août à Amsterdam, sera dispersée sur quatre lieux différents de la capitale des Pays-Bas. Aux Muziekgebouw, Bimhuis, EYE Film Institute et Tolhuistuin, les artistes du line-up, pur concentré d'underground, dont neuf lives, ouvriront les festivités sur les chapeaux de roues.  

À lire également
106 morceaux que vous pourriez entendre au Dekmantel 2016

Festivaliers, le label de renom Raster-Noton, vingt années au compteur, vous convie à sa birthday party menée par ses ambassadeurs Byetone, alias Olaf Bender, Kangding Ray et Grischa Lichtenberger à partir de 21 h 00. Le label Raster-Noton est issu de la fusion en 1999 de Raster-music fondé en 1996 par Byetone himself et Frank Bretschneider, et Noton, lancé la même année par Carsten Nicolai aussi connu sous le nom de scène Alva Noto. Outre ses excellentes sorties depuis 15 ans – dont Xerrox Vol.3, album de l'été 2015 dans Trax – ce dernier a également co-composé l'envoûtante bande originale du film The Revenant

Kangding Ray illustre bien la techno expérimentale et minimale qui caractérise Raster-Noton.

À noter aussi, la présence du batteur, auteur-compositeur et pionner de l'afro-beat, la légende Tony Allen. Le Nigérian de 75 ans a marqué la scène underground au sein du groupe Africa 70, incubé dans l'effervescence de la lutte afro-américaine des années 1960, en collaboration avec le tout aussi célèbre Fela Kuti. Artiste complet, on l'aura vu depuis collaborer avec Underground Resistance... ou officier à la batterie dans "La Ritournelle" de Sébastien Tellier.

Enfin, immanquable également, le présence de James Holden, fondateur du label indépendant londonien Border Community. Le Britannique s'est attaché au live depuis son dernier album The Inheritors sorti en 2013, avec parfois Etienne Jaumet des Zombie Zombie au saxophone. Il devrait là offrir une performance remarquable d'expérimentations électroniques, de techno puissante ou minimale. Une expérience d'autant plus attirante quand on sait que l'artiste se fait rare sur scène. 

James Holden et son batteur en live à Budapest en 2014.

Il ne faudra pas non plus passer à côté du groupe Cabaret Voltaire, au style cold-wave à peine vintage, du trio brésilien jazz Azymuth, d'Alessandro Cortini ou encore du DJ et chanteur chilien Matias Aguayo à la tête du label Cómeme en clôture. Le festival, qui s'achève le 7 août, verra par ailleurs défiler Ricardo Villalobos, Moodyman, Robert Hood, Fatima Yamah, Dixon, Jeff Mills, Surgeon et bien d'autres. 

La Timetable de cette première folle nuit ce trouve ici