La nouvelle ne date pas d'hier mais se concrétise enfin : Dimitri Hegemann va ouvrir son musée de la culture techno dans l'ancienne centrale électrique qui accueille déjà son club, le Tresor. 

Musée KraftwerkSource : Kraftwerk (DR).

Les guillemets sont de mise tant il est difficile d'imaginer exposer dans un musée une culture qui semble connaître aujourd'hui son apogée, et pour laquelle l'avenir semble radieux. Le fondateur du Tresor l'expliquait d'ailleurs en 2015 : "La techno à Berlin est un mouvement encore très dynamique, inspirant et fertile." Refusant donc l'appellation de musée, Hegemann souhaite nommer son complexe The Living Archive of Elektronica.

L'idée derrière le projet est de rendre hommage à cette culture qui a tant fait pour l'image de Berlin. Dans le magazine Star2, Hegemann explique : "Aucun des plans établis pour le développement de la ville suite à la chute du Mur n'a réellement abouti. Une économie de niches est née à la place : ouvrir un club ou une galerie, un restaurant, un bar, etc. Ces niches se sont mises à montrer la voie de ce qui devait se faire, et c'est ce qui a rendu Berlin si attractif."

Musée Kraftwerk

Les statistiques du tourisme de la capitale allemande sont en cela significatives. Toujours d'après le directeur du Tresor : "Aujourd'hui, 80% de notre clientèle ne parle pas un mot d'allemand. Mais ces gens ont en commun d'être imprégnés de cette culture du renouveau qui s'est formée ici, qui est devenue un mouvement et a transformé Berlin jusqu'à aujourd'hui.

À lire également :
La musique électronique aura enfin son musée officiel

Le complexe présenterait en premier lieu la sous-culture techno, ce qu'elle est et comment elle s'est propagée. Mais il servirait surtout à recréer et transmettre l'ambiance des premiers jours de la techno berlinoise, ceux des soirées dans les caves suintantes. 

Hegemann explique : "Je pense à un lieu où le public entrerait : soudain, tout deviendrait sombre, les diffuseurs de fumée se lanceront, un DJ apparaîtrait au loin, un bar s'élèverait du sol, les basses résonneraient et la soirée commencerait. Un musée des sens pour ceux qui ne vont pas en club."