Scopitone

Pour cette édition du 21 au 25 septembre 2016, l’équipe du Scopitone a choisi de questionner notre perception de la réalité au travers d’installations entre arts et technologies dernier cri. Seront ainsi présentées les créations lumineuses du Japonais Ryoichi Kurokawa questionnant la naissance des étoiles, et celles encore plus dingues de Daito Manabe et Motoi Ishibashi qui nous révèlent – à l’aide de nos téléphones – des couleurs invisibles à l’œil nu. 

Rate-Shadow, Super High Frequency Lighting :

Les vendredi 23 et samedi 24 se tiendront deux soirées clubbing dans les salles entièrement repensées du complexe Stéréolux. Les deux espaces Maxi et Micro se verront décorés d’un dispositif d’écrans à 360 degrés, tandis que les Nefs accueilleront une scène et un dancefloor dans une Boîte équipée de rideaux acoustiques et embellie d’une scénographie lumineuse originale. 

À lire également :

On vous raconte... Le festival Scopitone 2015

Les soirées s'ouvriront sur deux performances entre électroacoustique et danse en apesanteur, mises en scène par les collectifs In Code et Ljós, fuse*.

| Ljós | from fuse* on Vimeo.

Côté programmation, on salue l’invitation d’illustres représentantes du girl power techno : Helena Hauff, Paula Temple, Charlotte de Witte et Ann Clue. La jeune scène underground viendra faire trembler les murs à leurs côtés, puisque sont invités les jeunes Français Petit Biscuit, Comah, Molecule, Douchka mais aussi Perturbator, Stéréoclip et Dany Daze. Les Nordiques sont bien représentés avec la présence de Lindstrom et André Bratten. Finalement, une programmation très créative qui promet d’être haute en performance, avec pêle-mêle le reste de la troupe : Golden Bug & Desilence V.I.C.T.O.R., Club Cheval, Intercity Express, etc.

Golden Bug & Desilence - V.I.C.T.O.R LIVE from Desilence on Vimeo.