C'est ce qui s'appelle voir les choses en grand. Depuis 1995, le festival Nature One, qui se tient chaque année à Kastellaun en Allemagne, n'a eu de cesse de grandir. En 2016, il posera ses installations démesurées du 5 au 7 août sur le site d'une ancienne base américaine, cette fois-ci sous la thématique féerique des “flammes rouges dansantes”. Peut-être que l'affiche du festival vous permettra de mieux saisir de quoi il s'agit :

Afficher l'image d'origine

Avec une jauge d'environ 60 000 personnes répartis sur 23 scènes différentes, le festival offre un confort rare à ses participants. Et question line-up, vous imaginez bien qu'il y a de quoi faire. Si on laisse de côté les Sander van Doorn, Robin Schulz, et autres FEDER, nous retrouverons les superstars de la techno sans chichis : les Allemands Chris Liebing et Len Faki viendront déverser un torrent de beats radicaux aux côtés du Suédois Adam Beyer – résident du Berghain et boss de Drumcode – et du Hollandais Dave Clarke. 

Si vous comptez aller au Nature One, ne ratez sous aucun prétexte la house mentale de Dominik Eulberg et sa coupe d'adolescent blondinet. On vous laisse écouter sa Boiler Room pour vous en convaincre : 

Butch sera également de la partie, avec des sons house tribaux et disco. Celui qui a même collaboré avec Ricardo Villalobos pour un track complètement déjanté ("Up", une montée de 7 minutes sans aucun drop) vous offrira un moment groovy pour commencer tranquillement.

On vous conseille enfin d'aller regarder du côté du duo Slam qui se produira en live, avant de rejoindre les valeurs sûres que sont Sven Väth – qui même en s'étant fait attraper en train de regarder l'Euro pendant son set au festival Awakenings a su gérer comme il se doit – ou Sam Paganini. Et si ce n'est pas encore assez pour vos oreilles, une armada de DJ's locaux viendront prêter main forte.

Pour les billets, ça se passe ici

Nature One

Nature One