Récompensée par le prix de l’Innovation au Midem 2015, la start-up Lofelt (présidée par Daniel Büttner, bassiste et ancien de chez Ableton) a conçu un bracelet qui permet de transmettre au corps les fréquences graves (jusqu’à 10 Hz), à l'aide d'un simple bracelet. Un peu comme quand la totalité de votre corps tremble au contact rapproché d'un gros caisson de basse.

Muni d'un petit connecteur qu'on branche entre son casque et la prise jack, on peut l'utiliser sur son portable ou son baladeur MP3 afin d'entendre ET ressentir les basses fréquences (le kick et les basses sont décuplées de façon sensorielle, sans prendre le dessus sur le mix du morceau pour autant).

Charles Andreo, directeur marketing de Lofelt, explique : "Il nous a fallu deux ans et beaucoup de prototypes différents pour arriver au Basslet que nous connaissons aujourd'hui. Au début les prototypes étaient très grands et entièrement câblés. Les plus grandes difficultés ont été de miniaturiser notre moteur haptique 'LoSound' tout en gardant sa puissance et sa précision." Le basslet est donc composé d'une batterie et d'un tout petit moteur de vibration haute définition, dont l'intensité est réglable en fonction des préférences de l'utilisateur. 

Si son utilisation est pensée pour une écoute musicale plus immersive, on peut également imaginer d'autres fonctionnalités : pour les DJ's afin qu'ils aient une idée plus précise de la puissance des basses sur un gros système-son pendant leur set, les gamers ou encore les personnes malentendantes qui peuvent ressentir certaines basses fréquences... En ce qui concerne le prix, "il reste encore beaucoup de variables à considérer. Une chose est sûre, les prix sur Kickstarter sont très avantageux, donc profitez-en et allez réserver votre Basslet tout de suite", précise Charles. Montant minimum pour obtenir un prototype : 99 euros.

En tout cas, la campagne de crowdfunding sur Kickstarter lancée plus tôt dans le mois de juin est un réel succès et la production devrait commencer dès août 2016. "On espérait pouvoir atteindre notre objectif dans les 32 jours, mais on ne s'attendait absolument pas à le faire en moins de 12 heures ! En ce qui concerne l'argent "en trop", en réalité, plus on doit produire de Basslet, plus les coûts de production et les coûts de livraison augmentent. Donc on va l'utiliser pour répondre à la demande !", explique Charles. En attendant, on commence déjà à méditer sur quel morceau on va tester ce bijou :