On ne sait pas bien ce qui a pris le chroniqueur sportif Pascal Praud de lâcher le ballon pour se lancer dans la chronique musicale, toujours est-il que jeudi soir, sans doute épuisé par David Guetta qui répétait avant son passage en direct du Champ de Mars pour l’ouverture de l’Euro (dont il a composé l’hymne officiel) en s’assurant que sa clé USB fonctionnait correctement, Pascal a lâché sur son compte Twitter (55 700 followers quand même !) ce petit message a priori inoffensif "Boum boum boum boum boum dans les oreilles. Toujours pareil."

Une litanie que les fans de techno entendent depuis plus de 40 ans, avec d’autres joyeusetés comme "musique de drogués ou de décérébrés", et aussi bête que ceux qui affirment qu’il faut être sacrément con pour courir à plusieurs après un ballon qui ne vous a rien demandé…

Évidemment, on est sur Twitter, où l’insulte dépasse régulièrement la vitesse de la lumière et "les vieux cons", "papy", "réac", "espèce de Bruno Roger-Petit" n’ont pas tardé à se manifester, suivi de près par les fans de Guetta qui, en bons toutous serviles, sont rapidement venus défendre leur idole, montrant par là même qu’aimer la musique de Guetta allait souvent de pair avec une maîtrise très particulière de l’orthographe…

Heureusement, dans ce déluge d’insultes qui font, et c’est bien connu, avancer le schmilblick, quelques internautes ont relevé la ressemblance avec le morceau de Salut c’est cool "Techno toujours pareil" et ses paroles régressives "Techno, toujours pareil. Boum boum dans les oreilles."

Après une bonne centaine de reply, où les fans de Guetta défendaient leur bifteck, pendant que les techno-addicts essayaient en vain de faire comprendre à Pascal que Guetta et l’électronique, c’était comme le FN et la démocratie, les éternels râleurs qui abondaient dans son sens et les petits futés du Web qui applaudissaient sa référence involontaire à Salut c’est cool, Pascal (en homme de média avisé) a calmé le feu, s’amusant à retweeter indifféremment toutes les insultes, et éteindre définitivement l’incendie avec un tweet posté à 14h45 (soit une demi-heure plus tard) en prenant tout le monde à contre-pied : "Je regrette que la référence à mon groupe préféré @salutcestcool soit passée inaperçue. Dommage !"

C’est ce qu’on appelle une très jolie communication de crise ou, au choix, une habile passe aveugle…

(Mais à Trax, Pascal, on a une surprise pour toi. On a contacté Salut c’est cool, et ils sont d’accord pour que tu passes un week-end de folie avec ton groupe préféré. Elle est pas belle la vie ?)