• Vermont : "Elektron" [Kompakt, 2014]

Lassés des contraintes de la musique club et à force de jammer ensemble, Danilo Plessow et Marcus Worgull (producteur allemand signé chez Innervisions) décident de s'allier pour composer un manifeste ambient. Sorti en mars 2014 dans l'indifférence quasi-générale, l'unique album de Vermont se révèle être une magnifique ode à la quiétude qui rappelle les longues plages synthétiques de Kraftwerk, et contient même une apparition de Jaki Liebezeit, le batteur du légendaire groupe de krautrock Can. 

  • DJ Sprinkles - "Grand Central Part. 1" (MCDE bassline dub) [Mule Musiq, 2008]

Influence majeure de MCDE et légende vivante de la deep house new-yorkaise, DJ Sprinkles a laissé son empreinte et n'a plus grand-chose à prouver depuis son mythique album Midtown 120 Blues. MCDE lui renvoie l'ascenseur quelques années plus tard avec deux remix délicieusement efficaces du morceau Grand Central, Pt. I. Si l'on devait choisir, notre cœur balancerait peut-être davantage vers le "Bassline Dub Mix", banger capable de retourner n'importe quel dancefloor. 

  • Jazzanova - "Look What You're Doin' To Me" (MCDE Remix) [Sonar Kollektiv, 2011]

S'il est un excellent producteur, Danilo Plessow est aussi un remixeur hors pair extrêmement sollicité. Il réussit même à rendre sexy et deep ce morceau R&B un poil mielleux et pas très excitant de Jazzanova, qui figure sur l'album de remix Upside Down, sorti en 2011. Le prodige de Stuttgart signe au passage l'un des seuls morceaux de son cru comprenant une partie vocale. 

  • Aphro Pzyko - "Guerillero" [Raw Fusion Recordings, 2006]

Avant d'accéder au succès et de collectionner les demandes de booking sous le nom de Motor City Drum Ensemble, Danilo Plessow a jonglé entre plusieurs alias. Aphro Pzyko sera le plus éphémère, avec une seule sortie en 2006 sur le label suédois Raw Fusion. Ici, MCDE dévoile une facette nu-jazz, brésilienne et presque carnavalesque (les fameux sifflets) qu'on lui connaît peu. Pas de panique cela dit, la house n'est jamais loin...

  • "Stuttgart Nights" [Quintessentials, 2009]

Sans doute composé en hommage à la ville qui l'a vu grandir, "Stuttgart Nights" aurait pu devenir un classique de MCDE, au même titre que sa série Raw Cuts ou son "Send A Prayer" en deux parties... Sauf que le morceau en question est sorti sur un various un peu oublié chez les british Quintessentials (Toby Tobias, Anton Zap...). Il s'en est fallu de peu, il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter une bonne écoute. 

  • DJ T. - "Shine On" (Motor City Drum Ensemble Warehouse Dub) [Get Physical, 2009]

C'est après la sortie des premiers Raw Cuts en 2008 que Plessow devient le next big thing de la scène house et que les demandes de remix se mettent à pleuvoir. Sorti sur l'influent label berlinois Get Physical, la réinterprétation du "Shine On" de DJ T surpasse de très loin l'originale, et prend la forme d'un hymne warehouse avec sa ligne de basse simpliste et ses samples vocaux bien old school.

  • "SP11" [MCDE, 2013]

Selon nombre de mélomanes, Danilo Plessow aurait beaucoup (trop ?) emprunté à la house de Detroit, et notamment à un certain Moodymann. Et ils n'ont pas complètement tort. En témoigne l'EP Send a Prayer, dont chaque morceau sonne comme un hommage à l'œuvre de Kenny Dixon Jr. Ce qui n'enlève rien à l'efficacité redoutable de "SP11".


  • Inverse Cinematics - "MLK" [Faces, 2005]

Inverse Cinematics est peut être le projet le plus abouti du producteur allemand, avant qu'il ne devienne Motor City Drum Ensemble. Preuve en est sur ce mini album sorti il y a plus de dix ans sur Faces Records, le label de son pote Pablo Valentino. On y décèle déjà un talent certain pour le sampling de gimmicks jazzy, tout en découvrant une facette downtempo et hip-hop. Indispensable.

  • Z Records - "Searchin" (Motor City Drum Ensemble Mix) [Z Records, 2010]

Tuyau pour les diggers de MCDE (et si vous êtes là, c'est que vous en faite partie) : le compte SoundCloud personnel de Danilo Plessow (inactif depuis cinq ans) possède son lot de pépites sorties sous d'autres alias, d'unreleased et de remix un peu oubliés, dont celui de "Searchin" du producteur britannique Akabu. 

  • Noa Siano - "Rhodesy" [Soul Imago, 2015]

Encore un autre alias, qui vaut son pesant de cacahuètes. Quasiment introuvables sur les Internets, et encore moins en vinyle (il n'existe que 250 exemplaires du maxi sur lequel est sorti ce morceau), les tracks de Noa Siano n'atteignent peut-être pas l'exigence de ceux sortis sous MCDE. Mais avec Danilo Plessow, même quand c'est bof, c'est très très bon.