Photo en Une : Philippe Levy

Le parcours gratuit  


  • Samedi 28 mai


18h10 : Helena Hauff (Cercle Sud)

La native de Hambourg s'est brusquement forgé une réputation hors du milieu techno et s'est vue relayée dans la presse "grand public" grâce à son album, Discreet Desires, sorti l'année dernière sur Ninja Tune. Helena Hauff n'a pas volé sa renommée soudaine, loin de là, et s'est vite différenciée de ses pairs en enchaînant les pépites acid depuis 2012, avec un sens inné de la mélodie et un certain talent pour l'improvisation et les ambiances chaotiques.



Si vous avez raté la grande kermesse Trax du Disquaire Day, il est peut être temps de se rattraper : comme tous les ans la Villette Sonique invite une tripotée de labels à venir poser leurs stand aux abords de la bien nommée Scène Labels. L'occasion de choper les dernières sorties du Turc Mécanique, Tripalium, Born Bad, Antinote, Anywave ou In Paradisum… Et puis quoi de mieux que de discuter le bout de gras directement avec le producteur en question, encore cerné de sa dernière nuit blanche en studio, plutôt que d'acheter un seul morceau de l'EP sur Beatport ? On n'est pas bien là ? À la fraîche ?

19h15 : Powell (Jardin des Iles)

"J'essaye vraiment de faire quelque chose de différent." C'est en ces mots que s'est exprimé le producteur british Powell à Resident Advisor, en mars 2015. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il a plutôt bien réussi à se démarquer, au cours de ses sept EPs. Signé depuis l'année dernière chez le géant XL Recordings (Radiohead, M.I.A, Prodigy), le musicien a quasiment créé un genre qui n'appartient qu'à lui, une techno mentale, punk, déconstruite, digitale et froide qui pourrait rendre fou un fan d'Aphex Twin ou de Squarepusher. Ne le ratez sous aucun prétexte, d'autant que les performances live du bougre se font rares à Paris. 

  • Dimanche 29 mai



14h15 : Domenique Dumont (Jardin des Iles)

Le duo Domenique Dumont est une des meilleures surprises du catalogue d'Antinote. D'ailleurs, sa musique n'est pas totalement éloignée d'un autre tandem signé sur le label parisien : Syracuse. À la différence que le duo lituanien est est d'avantage porté sur des sons tropicaux, calmes et moins sur les synthés analogique et les arpeggios acid qui n'en finissent plus. Une bande son parfaite pour un début d'après-midi dans le parc de la Villette, une bière fraiche à la main et un sourire en coin, en pensant à ce qui nous attend pour le reste du festival. 



15h45 : Mark Ernestus (Jardin des Iles) 

Le musicien berlinois a eu plusieurs vies : fondateur du magasin légendaire Hard Wax (l'un des premiers disquaires à avoir importé les disques futuristes de Detroit au tout début des 90's et centre névralgique de la scène techno, alors naissante, dans la capitale allemande), Mark Ernestus a formé deux groupes avec Moritz Von Oswald (Basic Channel et Maurizio) et produit depuis quelques années un mélange, assez inédit dans la sphère électronique, de techno, dub et percus africaines... Bref, bien assez d'arguments pour ne rater son set sous aucun prétexte. 

17h10 : Zebra Katz (Jardin des Iles) -

Moins fragile que Shamir, moins épileptique que Die Antwoord, Zebra Katz lorgne d'avantage sur les plates-bandes des Sud-Africains de Playdoe et réussi un mélange d'ordinaire plutôt casse-gueule : rapper sur de la house. Pari réussi, ce qui laisse espérer une performance explosive, avec la Géode la Cité des Sciences en fond visuel. Pas dégueu. 

18h15 : Pachanga Boys (Cercle Sud)

Si on savoure tout particulièrement les carrières solo respectives de Superpitcher et Rebolledo, on ne gâche pas non plus notre plaisir quand les deux producteurs se réunissent autour du duo Patchanga Boys, comme ça sera le cas en ce dimanche. 

Le parcours payant


  • Vendredi 27 mai


19h00 : Sauna Youth (Grande Halle)

Parce qu'on écoute toujours les Pixies 27 ans après sa sortie, que les Thee Oh Sees ne sont pas programmés en cette 11ème édition et que Sauna Youth est sans doute le nouveau groupe de rock garage le plus excitant des deux dernières années.


23h10 : Sleaford Mods (Grande Halle)

Si les médias comparent souvent les Sleaford Mods à Oasis, c'est surtout à cause de la ressemblance capillaire que partagent leurs leaders respectifs. Musicalement, on est bien plus proche de l'urgence punk des Falls ou du chant parlé et du minimalisme de DAF. Avec sa voix rauque et son accent typique du Nord de l'Angleterre, le charismatique Jason Williamson vaut à lui tout seul le déplacement, on vous conseille même de rester dans la Grande Halle pour enchainer Sauna Youth, les géniaux White Fence et Sleaford Mods, donc. C'est bon, vous avez eu votre dose de rock'n'roll pour l'année. Ou la soirée, c'est selon.


03h20 : Lena Willikens (Grande Halle) 

Elle aurait pu faire de la techno froide et mentale ou de la house comme la plupart des producteurs allemands, mais Lena Willikens a choisi de piocher dans les musiques orientales et africaines et les mélanger avec son héritage techno pour signer chez Cómeme, le label du Chilien Matias Aguayo. Habile. 


  • Samedi 28 mai



20h : Ata Kak (Grande Halles)

Son album, format cassette, enregistré en 1994 aurait pu passer inaperçu (enfin, c'était le cas jusqu'à l'année dernière) si un digger américain nommé Awesome Tapes From Africa n'était pas tombé sur le précieux sésame à l'occasion d'une vadrouille au Ghana, et ne l'avais pas réédité sur son label, plus de vingt ans plus tard. En tout cas, on a vraiment hâte de voir à quoi va ressembler la performance de ce cinquantenaire et sa house artisanale, franchement amateure par moment mais non moins singulière et fascinante. 

22h00 : Etienne Jaumet & Emmanuelle Parrenin (Cabaret Sauvage)

Grand habitué de Villette Sonique (il y jouera sa troisième performance, rien qu'avec Zombie Zombie), Etienne Jaumet vient présenter un live inédit, accompagné d'Emmanuelle Parrenin. Passez-y, rien que pour voir la musicienne inclassable (expérimental ? folk ? classique ?) jouer de la vielle à roue, un instrument datant du moyen-âge qu'on entend aussi bien dans la musique médiévale que dans le rock psyché.


00h20 : Gilb'r B2B Young Marco (Cabaret Sauvage)

Figure incontournable des nuits parisiennes depuis les années 90, Gilb'r s'est exilé depuis quelques années à Amsterdam. Il revient en France pour un set au Cabaret Sauvage, et en a profité pour prendre dans sa valise l'illustre producteur hollandais Young Marco. Immanquable, quand on connait l'éclectisme et la qualité des sets du boss de Versatile. 

01h50 : Smith N Hack (Cabaret Sauvage)

Extrêmement liés au disquaire Hard Wax, seul endroit où l'on peut se procurer physiquement leurs vinyles, Smith N Hack est composé de l'érudit disco et imparable producteur Soundstream et du plus discret Errorsmith, qui produit aussi bien de la musique avec Mark Fell que des synthétiseurs. Ensemble, ils se sont ré-appropriés le son disco seventies, et ce depuis 2007 et leur premier EP MoroderesqueSpace Warrior. Gage de qualité, s'il en fallait : Herbert et Ricardo Villalobos sont assez fans, et leur ont commandé un remix chacun.


03h30 : Acid Arab (Cabaret Sauvage)

Toute personne ayant déjà assisté à un DJ set de Guido Minisky et Hervé Carvalho sait que cela relève presque plus de la performance sportive que de la simple séance de déhanchement du bassin. Ce qui nous fait penser qu'il vaut vraiment la peine d'assister à leur première performance live en France, d'autant qu'elle rassemblera machines et instruments plus "traditionnels", avec un backing band de folie. 

04h30 : Funkineven (Cabaret Sauvage)

Gérant du label Apron (Seven Davis Jr, Delroy Edwards, Brassfoot), Funkineven est un musicien multi-genre, capable de produire un track acid-house comme de signer des collaborations avec la chanteuse r'n'b Fatima ou de former un duo avec Kyle Hall. On vous conseille donc très chaudement d'assister à la performance du musicien anglais, si l'écoute de son "Dreams" ne vous a pas déjà convaincu dès les 30 premières secondes. 

  • Dimanche 29 mai

Pour finir le week-end en toute beauté, une sauterie est organisée, selon l'organisation du festival dans un "lieu irréel jusqu'ici inexploité, situé sous le pont du périphérique au nord du parc" de la Villette... De quoi nous mettre l'eau à la bouche avant même d'avoir vu le line-up : Clara 3000, Crackboy et Not Waving. Le tout, pour la modique somme de 5 euros. Tout ça nous fait un peu penser au Péripate tout de même... Miam.