Photo en Une : © Salomé Dv

Un spot désertique, des collectifs belges et hollandais, des milliers de participants, plusieurs murs de sons, une météo magnifique, 43 heures de son... Toutes les conditions étaient réunies pour que les 3 000 participants de cette rave passent un week-end parfait.

rave bretagne
Des sound-systems sont venus de Belgique et des Pays-Bas à l'occasion. © Julien Campion


Le week-end de la Pentecôte était programmé dans la tête des organisateurs depuis un mois et demi. Une semaine avant, le collectif Epsylonn avait décidé que les festivités auraient lieu à la carrière de sable de Roga. Ainsi, sans autorisation, l'organisation dépose plusieurs soundsystems sur ces terres sableuses dès 20 heures, le samedi. Ils ne bougeront pas avant le lundi, dans l'après-midi.

visu epsylonn
Du samedi au lundi, plusieurs milliers de fêtards sont passés par la carrière de Roga. © Salomé Dv


Aucun incident n'est à déclarer, les riverains ne sembleraient pas avoir été gênés par le son qui, grâce à la topographie du lieu, restait dans la carrière. "La gendarmerie s'est tout de même rendue sur les lieux. Les forces de l'ordre ont bloqué le site du dimanche jusqu'au mardi matin. Nous avons coupé le son à 15 heures lundi mais nous ne pouvions pas quitter les lieux. Nous avons tenté de partir très tôt mardi matin mais les gendarmes nous en ont empêché. Pour éviter la saisie complète des sound-systems de Kierwiet et d'Unknown Frequency, nous avons négocié en livrant le nôtre", déclare Loïc, un des fondateurs d'Epsylonn, en appuyant sur "la volonté de ne pas créer de tensions".

   À lire également :
Plus de 150 collectifs free party réunis pour le Teknival du 1er mai.

Par ailleurs, du matériel appartenant au collectif Loud Couture a aussi été saisi par les forces de l'ordre. Malgré tout, l'ensemble des collectifs garde le sourire et espère revoir le même soutien reçu durant tout le week-end.

rave bretagne
Cette rave rendait notamment hommage à Lange Michiel.