La nuit, ses personnages hauts en couleur (ou tout de noir vêtus), ses fantômes, ses instants volés et ses reflets hors du temps, c'est tout ça qui inspire Jacob Khrist dans son travail : "Le but est de montrer une communauté de gens qui sortent, des personnes qui se retrouvent autour d’expériences de libération, d’échappatoires, qui sortent de leur quotidien imposé par la société et se réfugient dans un monde alternatif."

Le Péripate prend une place primordiale dans les clichés qu'il exposera au côté d'une autre photographe, Charlotte Gonzzales (lors du vernissage de demain). Toutes les photos ont été prises lors de soirées au Péripate : "Cela faisait un moment qu'Aladdin m'avait proposé d'exposer là-bas et je tenais absolument à ce que le projet se concrétise avant la fermeture forcée par la ville."

"Le Péripate nous permet une totale liberté. Sans être trashs, les photos montrent une vision libre de la sexualité par exemple, on ne voit pas ça partout. Nous tenions à quelque-chose qui ne soit pas subventionné et se démarque des installations plus classiques, nous ne voulions pas exposer pour vendre quoique ce soit mais être imprégnés dans l'esprit incroyable et libertaire que ce lieu offre.

jacob khrist1

Pour organiser au mieux l'expo, les deux photographes ont été épaulés par Betty Rose, que Jacob décrit comme "une galeriste issue des Beaux-Arts avec une belle énergie, une énergie de dingue". Pour elle, le projet met en avant la nature passionnée et sans concession de Jacob Khrist : " Nous voulions faire quelque chose de vraiment couillu, Jacob est obsédé par le message et cherche une quête de sens dans ses photographies, l'installation se devait d'aller dans ce sens. Je l'ai aidé à choisir les photos, à tenir le rythme, j'étais parfois obligé de tempérer ses ardeurs tant il bouillonne d'idées et d'envies! J'avais un rôle d'assistante d'artiste en quelque sorte."

Dans le prolongement de cette expo, ils envisagent de faire un livre : "Ce serait une autre forme de narration, mais l'expo et le lieu très symbolique dans lequel elle a lieu est déjà une merveilleuse façon de raconter une histoire par la photographie!"

Aladdin Charni est ravi de la réalisation du projet, qui aurait d'abord du se faire il y a six mois. "Je tenais à ce que ça se fasse avant d'être obligé de fermer le Péripate. C'était mon idée au départ, j'organisais pleins de soirées dans les différents squats que j'ouvrais mais réalisais que je ne voyais jamais les photos! J'en ai discuté avec Jacob qui, je pense, avait besoin d'être rassuré, son travail est très intime pour lui." C'est en ce sens qu'il lui a laissé carte blanche totale dans le choix des artistes et DJs qui animeront le vernissage, des amis du photographe.

Jacon Khrist expo2

Pourquoi ce nom d'Entremondes ? Toujours dans sa quête de sens et de beauté, Jacob Khrist offre sa vision : "Ce sont des photos prises à 5h du mat, au bout de trois jours de fêtes, on a l’impression d’être là... Dans cet "entremonde"... Mais il y a une quête de sens dans cet underground, cela contribue à du lien social. Ce sont dans ce genre d'endroits et d'instants qu’il y a de l’espace pour faire évoluer les codes. Tu vois des gens aux styles fous, variés, comme à Berlin, peu importe la sexualité. Il y a une convergence de rencontres, des codes qui évoluent, qui sautent."

Et de conclure : "Tu remarqueras que les marques et le business récupèrent les codes, s’en emparent, les stérilisent et les industrialisent. Finalement c’est bien qu’il aillent chercher là où il y a l’avant-garde qui naît."

Infos pratiques :

Vernissage le jeudi 28 avril de 19h à 23h

Le Péripate, 20 Place Auguste Baron, Porte de la Villette

Line Up :

19h-20h : Roman Delore (Aperçu, Unsold Family)

https://soundcloud.com/roman-delore

20h-21h : SpunOff (Champ Libre)

https://soundcloud.com/spunoff

21h-22h : The Dance Hole [BP] aka Olaf Hund (LIVE)

http://thedancehole.bandcamp.com/

22h-23h : X1000 [BP]

https://soundcloud.com/youcef-debbihi