Photo en Une : ©Renée Bourgeois @ free party d'Ousson-sur-Loire


C'est le baptême du feu pour Mamie Renée. Dans le cadre d'un reportage pour La République du Centre, cette journaliste de 78 ans s'est rendue pour la première fois de sa vie en rave (aux allures de free, il faut le dire). Après s'être perdue dans les bois et de nombreux coups de fil, Renée Bourgeois débarque le dimanche midi en ballerines, sac en bandoulière et appareil photo. "Dans un tel endroit, je détonne", ironise-t-elle.

renee-bourgeois-mamie-raveuse
Renée Bourgeois (©Gien AGENCE)

Les jeunes qui l'accueillent "n'en reviennent pas" de voir "une mamie de 78 ans les interviewer". Après lui avoir prêté une paire de bottes, ils décident de l'escorter à travers les bois jusqu'au lieu où les festivités se prolongent. Elle raconte, émue : "Quel merveilleux accueil, quelle prévenance pour m'aider à traverser, boue, fossés, ronces. Toujours un jeune pour me tendre la main, me rattraper pour que je ne chute pas".

    A lire également
Paul : "A 81 ans, je me suis rendu à ma première free party"

Après avoir pris ses photos et échangé avec quelques participants, direction le chemin du retour. L'itinéraire choisi ne semble pas être le même, et Renée confesse : "Sac en bandoulière avec argent, papiers, chéquier, carte bleue… J'avoue avoir pensé un moment à ce qui aurait pu m'arriver si quelqu'un avait eu des idées malhonnêtes. J'ai honte car ils sont tous formidables. Ils refusent même que je leur offre à boire, me disant qu'une mamie à la retraite ne doit pas avoir beaucoup d'argent".

"Je les aime bien mais je n'ai quand même pas envie de rester avec eux toute la journée."

Après une dernière photo "avec un tas de jeunes torse nu", des embrassades et quelques coups de klaxon, Mamie Renée prend congé. “Je les aime bien mais n'ai quand même pas envie de rester avec eux toute la journée.” Sur le trajet du retour, elle croise les autorités. Elle en profite pour rappeler à tous son devoir de responsabilité : "Attention les jeunes : s'ils vous contrôlent, je souhaite que tous les effets de cette nuit agitée soient dissipés car il s'agit de la sécurité de tous". Et conclut : "Voilà comment, à 78 ans, j'ai participé à ma première rave party".