Photo en Une : © Emma Burlet

Malgré une apparente timidité, So Inagawa s’est laissé porter par l’exercice tout en revenant sur les faits marquants de sa carrière : de ses premiers émois house à la sortie de son succès Logo Queen (2013) en passant par la création de son label Cabaret Recordings avec son acolyte DJ Masda, So Inagawa a évolué comme une force tranquille dans la sphère deep-house internationale. Telle une frise chronologique mise en musique, chaque morceau choisi nous a permis de découvrir un peu plus la fragile sensibilité de cet artiste discret qui compose depuis des années des titres aussi épurés que psychédéliques. Avec une étonnante constance, il a enrichi le répertoire de la scène underground japonaise, en partie grâce à l’ouverture de son label qui signe des artistes comme Binh ou Evan Baggs.

   A lire également
Japon : cinq artistes qu'il faut absolument connaître

Bien qu’il n’ait sorti que quelques EPs, dont un premier track confidentiel sur Telegraph et un premier album Integritithm (2015) sur Cabaret, So Inagawa a toute une liste de pistes qu’il travaille sans relâche et articule avec précaution. Même si les clubs tokyoïtes qu’il affectionne disparaissent, noyés dans la déferlante EDM, il a réussi à fédérer un public d’initiés toujours croissant grâce à son identité sonore si particulière qu’il distille depuis le début des années 2000. Après sa tournée européenne effectuée l’hiver dernier, il a souhaité élaborer un nouvel EP en parallèle de son métier de compositeur de musique de film. Retour sur son parcours en 9 albums sciemment sélectionnés :

1/ Andrew Weatherall & Richard Fearless ‎– Heavenly Presents Live At The Social Volume 3
Label : React ‎(React LP 152)

C’est une énorme compilation en trois vinyles que j’ai écouté des milliards de fois. J’étais un garçon qui aimait le rock anglais, Underworld et les Chemical Brothers, jusqu'à ce que j'écoute cette compile. J’ai commencé à aimer Weatherall comme remixeur pour Primal Scream, mais j'ai vécu une expérience house très particulière après avoir écouté ce mix. Richard Fearles était plus électro-Detroit, très bon aussi ; il fait d’ailleurs partie de ceux qui m’ont donné envie d’aller dans les clubs underground pour écouter cette musique.

2/ Yellow Magic Orchestra - Yellow Magic Orchestra
Label : Alfa

Difficile de ne pas le citer. Ce groupe est légendaire au Japon car il a influencé toute une génération d’artistes. Il proposait une électro instrumentale inédite à l’époque. Avec leur premier album, ils ont laissé une empreinte indélébile et ont même créé un mouvement musical, celui de la Techno pop, caractéristique au Japon. C’est un incontournable, même si je n’écoute pas vraiment de musique spécifiquement japonaise.

3/ Various ‎– Too Cool For School - Part 1
Label :Telegraph ‎(TEL17)

J’ai participé à cet EP, sorti sur le label de Cabanne. C’est une fierté car j’ai passé un temps fou sur ce morceau. C’était ma première sortie et j’avais envoyé plusieurs démos avant de m’arrêter sur celle-ci qui s’est finalement imposée tout naturellement. Je l’ai composé avec ma MPC et mon clavier Nordlead 2 et je l’ai enregistré en une prise.

4/ Zip ‎– Dimbiman Bonusbums
Label : Perlon

J’ai choisi cet EP mais j’aurais pu choisir aussi un morceau de Baby Ford, Melchior et Daniel Bell, tous ces artistes que je respecte et avec qui j’aurais bien aimé collaborer. C’était une grande satisfaction de diffuser ces sons house lors des soirées que j’organisais avec DJ Masda à la fin des années 90.

5/ Various ‎– Cabaret Special Limited Edition
Label : Cabaret Recordings ‎(Cabaret 000)

Cet EP est la première sortie du label Cabaret Recordings que j’ai créé avec mon ami DJ Masda. Ça faisait longtemps que l’idée d’ouvrir un label me trottait en tête et Masda m’a donné l’impulsion en m’appelant un jour et en me disant « Allez, on se lance ! ». On se connaît depuis 15 ans, il est à la fois mon ami, mon partenaire, mon boss, un DJ hors pair et il me donne surtout de très bons conseils car il a un goût sûr en matière de minimale. Je lui fais totalement confiance. On a réuni sur ce vinyle nos amis, les sons qu’on aimait. On a toujours fonctionné de cette manière, très simplement, on écoute les démos, on aime, on signe.

6/ So Inagawa ‎– Logo Queen
Label : Cabaret Recordings

C’est ma première sortie sur mon label qui symbolise aussi ma relation avec DJ Masda car c’est lui qui m’a motivé et poussé à sortir ce morceau. Je l’avais fait il y a 5 ou 6 ans et j’avais essayé de l’envoyer à plusieurs labels. Personne n’en a voulu. J’ai bien fait de le sortir sur notre label car il a eu beaucoup de succès, je ne m’y attendais pas du tout. On a même dû le rééditer car le prix avait considérablement grimpé sur Discogs et je voulais qu’il soit plus accessible.

7/ So Inagawa – Integritithm
Label : Cabaret Recordings

J’avais tellement de tracks en stock qu’il fallait que je sorte un album, mon premier. C’est un mélange de vieilles pistes que j’avais créé quelques années auparavant et de sons tout neufs. Cet album est vraiment représentatif de ma manière de faire, de mon style. Je ne change pas, je reste cohérent avec ce que j’aime produire : des boucles minimales, deep-house, toujours groovy. Je travaille dur pour que le résultat soit parfait. Du moins comme je l’imagine, je suis un perfectionniste.

8/ Ben Nevile ‎– Pender Island
Label : Telegraph

Tous les morceaux de cet EP sont géniaux. J’aimerais produire ce genre de musique, Ben Nevile est une source d’inspiration. C’est extrêmement minimal tout en étant sexy. Ce track est magique, complètement hypnotique.

9/ Fumiya Tanaka ‎– Für Elodie
Label : Sundance

Je devais terminer cette sélection avec mon héros, Fumiya Tanaka. Il a réveillé la scène underground japonaise qui était endormie depuis un bout de temps et l’a fait rayonner à l’international. Grâce à ses soirées mythiques Chaos qu’il orchestrait, je n’ai jamais cessé de faire du son !